PSG : le titre de champion de France n'effacera pas tout

PSG : le titre de champion de France n'effacera pas tout

DirectLCI
LIGUE 1 - Une défaite de Monaco à Rennes samedi conjuguée à une victoire parisienne en terre lyonnaise le lendemain soir officialiserait le 2e titre de champion consécutif du PSG version Qatar. Mais ne ferait pas perdre de vue l'essentiel...

Le PSG n'a pas tout perdu. Éliminés de la Ligue des champions mardi en s'inclinant à Chelsea (2-0) , les Parisiens peuvent remporter la Coupe de la Ligue le 19 avril, mais surtout décrocher leur second titre de champion de France de rang dimanche en cas de défaite du dauphin monégasque la veille. Les deux fois, il faudra vaincre l'OL. Mais même un doublé national ne ferait pas oublier la désillusion continentale, l'Europe étant la seule ambition qui justifie les dépenses somptuaires des propriétaires du club.

Paris comptant 13 points d'avance sur Monaco, le titre est joué depuis un moment. Alors que celui de l'an passé survenait après dix-neuf ans de disette, celui à venir n'atténuerait en rien les manques à combler pour changer de dimension et laissera donc les supporters sur leur faim. La défaite de mardi n'invite pas à tout jeter aux orties mais elle interpelle sur la faiblesse de l'adversité française, l'arbre qui cache la forêt de lacunes parisiennes à plus grande échelle.

Laurent Blanc et Zlatan Ibrahimovic au cœur du problème

"La différence, c'est l'expérience", a analysé Laurent Blanc, sans préciser s'il parlait de la sienne. L'entraîneur du PSG, qui assurait avant le match que "les grandes équipes imposent leur jeu même à l'extérieur", n'y est pas parvenu. Pire, il n'a pas su trouver de réponse tactique au pressing infligé par Chelsea. La qualification de l'Atlético Madrid en demi-finales de la Ligue des champions contredit pourtant l'argument du manque d'expérience. Et souligne l'importance d'un coach à un tel niveau.

On a aussi beaucoup parlé de l'inefficacité de Cavani mais c'était vite oublier que l'Uruguayen disputait là son premier quart de C1. Lui a signé à Paris pour grandir avec le club, au contraire d'Ibrahimovic qui a instantanément fait grandir le PSG. Son absence mardi n'a pas été compensée. Elle pose la question d'une dépendance trop grande à un seul joueur.
 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter