PSG : Leonardo a désormais carte blanche

PSG : Leonardo a désormais carte blanche

Football
DirectLCI
DISCIPLINE - D'abord sanctionné d'un an sans pouvoir exercer d'activité en lien avec le football, une décision suspendue ensuite, Leonardo a reçu la confirmation qu'il pourra retrouver les terrains. Le Conseil d'Etat a donné raison à l'ancien directeur sportif du PSG ce lundi, au détriment de la fédération française.

Et le vainqueur est : Leonardo. Engagé dans une série de procédures qui l'opposaient à la fédération française de football (FFF) depuis mai 2013, l'ancien directeur sportif du Paris Saint-Germain a obtenu lundi l'autorisation, de la part du Conseil d’Etat, d'exercer à nouveau des fonctions dans le monde du football. Malgré le pourvoi de la fédération, celui-ci a définitivement confirmé la décision de la cour d’appel de la FFF, qui avait levé la suspension le 15 octobre dernier.

La raison est d'ordre juridique. Une fédération ne peut sanctionner qu'une personne licenciée. Or, Leonardo, en tant que directeur sportif, n'était aucunement lié à la FFF lorsqu'il a bousculé, volontairement ou pas, Alexandre Castro, l'arbitre du Valenciennes-PSG le 5 mai 2013. Il ne pouvait donc pas être sanctionné. Il s'est dit ''soulagé'' de cette décision, selon son avocat, Me Bertrand, soulignant au passage le ''retour de bâton pour la fédération'', qui devra lui verser 3000 euros.

Leonardo : ''Je ne veux pas rester hors-jeu trop longtemps''

Le champion du monde 1994 avait annoncé le 9 avril, lors de sa dernière audience, qu'il songeait à attaquer à son tour la FFF en justice. ''Il y a un préjudice évident, avait-il affirmé. Au niveau professionnel, ça m'a beaucoup touché le moral. Je n'aurais pas pu travailler pendant 14 mois. Comment puis-je aller voir une équipe en disant : « On commence mais en avril, si je n'ai pas raison devant la justice, c'est fini. »''.

S'il n'a pu trouver aucun poste, le dirigeant ne s'est jamais vraiment éloigné du milieu. Et a même conservé de sérieuses attaches au PSG, où il est resté très proche des joueurs qu'il a fait venir (Verratti, Thiago Silva, Thiago Motta) et du président Nasser Al-Khelaïfi. 'Je ne veux pas rester hors-jeu trop longtemps, je veux vivre le sport et donc pourquoi pas redevenir entraîneur', expliquait-il à la Gazzetta dello Sport vendredi. Plus rien ne l'en empêche désormais. Que ce soit au PSG ou ailleurs.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter