PSG-Manchester City (2-2): Serge Aurier, de la CFA aux quarts de la C1

Football

FOOTBALL – Laurent Blanc a tenté un sacré coup de poker en titularisant Serge Aurier au détriment de Marquinhos sur le flanc droit de sa défense, ce mercredi soir face à Manchester City, en quart de finale aller de la Ligue des champions. Pour quel bénéfice ?

On ne parlait que de lui avant le 8e de finale aller contre Chelsea, il y a trois semaines. Mais ce mardi, dans les heures qui ont précédé le quart face à Manchester City, personne ne l’attendait, malgré une mise en place tactique, la veille au Camp des Loges, où il s’était retrouvé aligné parmi les titulaires.

Le Parc pas prêt à lui faire la fête

Il faut dire que, de prime abord, il aurait semblé malvenu de réexpédier Marquinhos sur le banc au profit de celui qui n’avait joué qu’un seul match avec le PSG depuis le 27 février. C'était en CFA avec l’équipe réserve, où il avait été envoyé après avoir insulté son entraîneur et plusieurs de ses coéquipiers sur un réseau social. Et alors que vous n’en rêviez même pas, Laurent Blanc a donc propulsé Serge Aurier (qui avait disputé deux matchs avec la Côte d'Ivoire les 25 et 29 mars derniers) dans son onze de départ, au moment le plus inattendu et le plus crucial de la saison. Alors, panache ou management foireux ?

EN SAVOIR+ >> Avec Aurier, Laurent Blanc fait "all in"

Au moment de l’annonce de la composition d’équipe par le speaker, le Parc, chauffé à blanc, a réservé à l'Ivoirien un accueil mitigé, teinté de quelques sifflets, sans qu’on puisse parler de bronca. Pourtant, à y regarder de près, dans l’optique publiquement annoncée d’acculer City devant son but, mieux valait un arrière droit de métier pour monter et centrer, qu’un central reconverti peinant à assumer son rôle offensif. Surtout, on parlait là d’un joueur mort de faim, qui n’en demandait sans doute pas tant, et se voyait ainsi offrir une chance inespérée. Bref, il y avait là tout ce qu’il fallait pour une magnifique relance.

Un retour mitigé

Sauf que l’intéressé, lui, a le plus souvent privilégié la passe en retrait, stérile, à l’audace qui faisait tout son charme jusqu’à cette funeste session de Periscope du 13 février . A contretemps quand il n’était pas tout simplement à l’arrêt, le latéral a grandement contribué au marasme de la première période. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que Laurent Blanc l’a appelé depuis l’autre bout du terrain pour lui parler longuement alors que Paris venait d’obtenir un penalty à la 13e minute… Mais cela n’a pas pour autant porté ses fruits, le joueur s’étant ensuite signalé par deux combinaisons ratées avec Adrien Rabiot, qui a passé son temps à le chercher, puis par des appels constamment effectués dans un mauvais timing.

À LIRE AUSSI >> On a vu Serge Aurier avec la CFA du PSG

Au début du second acte, dans le plus gros temps fort parisien, on a momentanément cru qu’il avait retrouvé ses fondamentaux, mais c’était un trompe l’œil, comme son pas de danse avec son ami Rabiot, sur le but du 2-1. 

La plupart de ses passes ont été ratées ou contrées, et ses coéquipiers ont, logiquement, fini par arrêter de le solliciter. Ultime symbole : sur l’égalisation mancunienne à 2-2, son interception complètement ratée, bien loin du second poteau où il aurait dû se trouver, a justement permis à Fernandinho d’ajuster Kevin Trapp à la 72e. Six minutes plus tard, son entraîneur le remplaçait par Gregory van der Wiel, lui adressant néanmoins une accolade chaleureuse. Un symbole, une manière d’assumer qui ne change pas grand-chose à l’affaire. Le Parc, lui, a copieusement sifflé.

[VIDEO] Manchester City est parvenu à égaliser face au Paris Saint-Germain suite à une remise maladroite d'Aurier dans l'axe (2-2)http://po.st/ykaUxR #PSGMCI #PSGCity

Posté par beIN SPORTS France sur  mercredi 6 avril 2016

EN SAVOIR + >> Pour revivre le match dans les conditions du direct, c'est par là 

Lire et commenter