PSG - Nantes : Paris veut redevenir une "équipe de coupe"

PSG - Nantes : Paris veut redevenir une "équipe de coupe"

Football
DirectLCI
COUPE DE LA LIGUE - De la pluie et des bourrasques de vent à 90 km/h attendent les Parisiens à Nantes mardi soir, en demi-finales, en plus d'une équipe remontée à bloc après le 5-0 concédé au Parc des Princes il y a peu. Pourtant, les hommes de Laurent Blanc n'auront pas le choix : il leur faudra sortir indemnes de ce traquenard, sous peine de fortement contrarier les Qataris.

On a longtemps décrit le PSG comme une "équipe de coupe". Une manière de pointer son irrégularité sur la longueur d'un Championnat tout en soulignant sa capacité à se transcender le temps d'un match. Mais ça, c'était avant. Avant l'arrivée du Qatar et ses stars de classe mondiales. Avant le titre de champion décroché la saison passée après dix-neuf ans de disette. Pourtant, mardi soir à Nantes, en demi-finales de la Coupe de la Ligue, le PSG fera tout pour renouer avec ce passé peu glorieux. Parce que le président Nasser Al-Khelaïfi l'exige. "L'objectif, c'est la L1 et une coupe nationale", insistait-il encore début janvier.

Éliminé en 16e de finale de la Coupe de France il y a quinze jours, Paris n'a donc plus le droit à l'erreur. Et c'est sans doute pour cela que Laurent Blanc a laissé transparaître une certaine nervosité, lundi après-midi en conférence de presse, menaçant de quitter la salle après une énième question sur le mercato. L'entraîneur préférait mettre en avant l'importance du match à venir : "C'est la dernière coupe nationale qu'il nous reste, une compétition différente des autres... Notre calendrier est chargé mais on va essayer de se concentrer exclusivement dessus, en gagnant si possible avec la manière. Même si, en coupe, tout ce qui compte, c'est de passer le tour."

Laurent Blanc : "Le PSG arrive dans le money time"

"Avec la fin de saison qui approche, l'importance des matches augmente et notre appétit aussi, ajoutait Alex. Mais on y est préparé, on va faire face à ces rendez-vous avec espoir et envie. Ce match est ultra décisif et tout le monde est très impliqué pour franchir cette dernière étape avant la finale." Le PSG a-t-il quelque chose à craindre d'une équipe de Nantes qu'il a éparpillée façon puzzle (5-0) le 19 janvier au Parc des Princes ? "C'était l'un de nos meilleurs matches mais à l'aller (1-2 le 25 août, ndlr), on avait souffert et on s'en souvient", rappelait sagement le solide défenseur.

Reste une inconnue : la composition de l'équipe. Laurent Blanc avait en effet pour habitude de profiter des milieux de semaine dédiés aux coupes pour laisser quelques cadres au repos. Lundi, le coach a tout fait pour en dire le moins possible ("Vous voulez l'équipe ? Eh ben vous ne l'aurez pas."), mais il a néanmoins fait comprendre qu'il alignerait d'entrée toutes ses forces vives. "Là, on arrive dans le money time, il faut être compétitif, a-t-il prévenu. Je ne vais plus offrir de temps de jeu à personne, quelle que soit la compétition." Le message à ses joueurs est passé.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter