PSG-Naples : Di Maria, l'ange-gardien du Paris Saint-Germain ?

Football
DirectLCI
FOCUS - En grande difficulté mercredi 24 octobre face à Naples en Ligue des champions, le PSG s'en est remis à Angel Di Maria pour éviter le pire (2-2). Auteur d'un but splendide pour l'égalisation dans les derniers instants, l'Argentin est depuis le début de la saison un élément essentiel du dispositif de Thomas Tuchel.

D'une frappe enroulée du gauche dont il a le secret, Angel Di Maria a sauvé le PSG d'une énorme déconvenue face à Naples mercredi au Parc des Princes (2-2). Une défaite qui aurait pu être catastrophique pour l'avenir du club de la capitale en Ligue des champions, ses deux concurrents directs, Liverpool et Naples prenant le large au classement. 


Finalement, au milieu du marasme parisien dans lequel aucun joueur ne sortait du lot, c'est l'Argentin qui a une nouvelle fois fait la décision, confirmant qu'il est bien plus qu'une pièce rapportée au trio clinquant Neymar-Cavani-Mbappé, très discret face au club coaché par Carlo Ancelotti.

De joker à pièce maîtresse

Cantonné à un rôle de joker de luxe par Unai Emery ces derniers mois, "El Fideo" est, sous la houlette de Thomas Tuchel, le deuxième joueur le plus utilisé de l'effectif parisien, derrière Adrien Rabiot, avec 1007 minutes cumulées en Ligue 1 et en Ligue des champions. 


Mieux, l'ancien pensionnaire du Real Madrid n'a tout simplement manqué aucun rendez-vous du club de la capitale cette saison, ne démarrant sur le banc qu'à une seule reprise, face au Stade de Reims le 26 septembre dernier (4-1). Dans la hiérarchie, "ADM" devance notamment Julian Draxler, arrivé à l'hiver 2017 pour le mettre en difficulté. Sans succès puisque l'Allemand doit désormais se contenter des miettes laissées par le quatuor offensif.

Une année 2018 canon

Le joueur de 30 ans justifie amplement ce nouveau statut par ses statistiques. En championnat, Di Maria cumule trois buts et cinq passes décisives, pour une réalisation en C1. Un constat qui s'applique également sur l'ensemble de l'année 2018, sur laquelle le gaucher raffiné totalise 24 buts et 12 passes décisives toutes compétitions, étant ainsi impliqué sur 36 buts, soit au moins 6 de plus que tout autre Parisien. 


Depuis le début de son histoire parisienne en 2015-2016, Di Maria a délivré 36 passes décisives, 13 de plus que tout autre joueur du PSG sur la même période. Toutes compétitions confondues, il totalise 57 offrandes, faisant de lui le troisième meilleur passeur de l'histoire des Rouge et Bleu, derrière les légendes Safet Susic (95 passes décisives) et Mustapha Dahleb (80), et devant Javier Pastore (56) et le grand Zlatan Ibrahimovic (53). De quoi faire réfléchir les dirigeants parisiens au rôle à attribuer dans les mois à venir au joueur sud-américain, lui qui était il n'y a pas si longtemps pressenti pour plier bagages et soulager la situation financière du club.

En fin de contrat en juin prochain, l'international argentin (97 sélections) aurait d'ailleurs d'ores et déjà prolongé son bail jusqu'en 2021. Ne manquerait plus que l'officialisation. Une nouvelle qui pourrait être accueillie avec soulagement par les supporters parisiens au vu des performances du natif de Rosario.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter