PSG-Nicosie : gagner, en attendant Zlatan

Football

FOOTBALL - Le Paris Saint-Germain a l'occasion de valider sa qualification en 8es de finale de la Ligue des champions, mercredi, en cas de victoire face à l'Apoel Nicosie et de résultat favorable de Barcelone face à l'Ajax. Mais les Parisiens devront faire sans Zlatan Ibrahimovic, leur leader, objet de toutes les attentions à quelques jours du Clasico.

Heureusement, ni Cavani ni Bahebeck ne sont susceptibles. Car plus que des deux sauveurs du PSG samedi à Lorient (victoire 2-1 après avoir été mené) , c'est leur coéquipier en attaque Zlatan Ibrahimovic qui centralise l'attention. Et cela dure depuis sept semaines maintenant. Le Suédois, 33 ans, est à nouveau forfait pour affronter l'Apoel Nicosie, mercredi, et sera une arme de moins face à une équipe ''qui défend beaucoup et très bas'', a prévenu Laurent Blanc, dont les joueurs ne l'avaient emporté qu'à trois minutes de la fin à l'aller (1-0).

Toujours pas remis de sa talalgie (douleur au talon), le meilleur buteur du dernier exercice de Ligue 1 n'a plus été vu sur un terrain depuis le 21 septembre, face à Lyon. ''Il n'est pas très loin mais il manque quelque chose'', justifie l'entraîneur parisien, plutôt du genre rassurant quant à son leader. ''C'est une blessure qui n'est pas musculaire et donc il a pu beaucoup travailler. Il a perdu le contact avec le ballon mais physiquement, il peut revenir et être compétitif très vite.''

Blanc : "Qu'il revienne vite..."

Las de disserter sur Zlatan alors que le PSG peut valider sa qualification en 8e de finale de Ligue des champions mercredi , Laurent Blanc a bien tenté de recentrer le débat sur les forces vives. ''Ce qui est bien c'est que même sans lui, on arrive à prendre des points. On peut se permettre de ne pas l'avoir et d'être productif.''

Puis il n'a pas pu s'empêcher de lâcher : ''On préfèrerait avoir Ibra. Qu'il revienne vite quand même parce qu'à lui tout seul, il peut marquer deux buts et délivrer trois passes décisives à chaque match.'' Sauf que son retour tant espéré ne sera peut-être pas pour dimanche, bien que la réception de Marseille, un adversaire qu'il aime martyriser (6 buts en cinq matches), s'annonce capitale pour ne pas laisser filer l'OM en tête de la Ligue 1.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter