PSG-OM (0-1) : les Marseillais arrachent un Classique chaotique

Fin de malédiction pour l'OM, 9 ans après
Football

FOOTBALL - Le Paris Saint-Germain recevait, dimanche 13 septembre, l'Olympique de Marseille, pour le compte de la 3e journée de Ligue 1. Un Classique électrique, remporté à l'arraché (0-1) par les Phocéens.

La saison passée, l'Olympique de Marseille s'était rendu au Parc des Princes avec l'ambition de presser le PSG dans son camp et de jouer l'attaque. Résultat : 4-0 pour les Parisiens. Alors, cette année, l'entraîneur phocéen, André Villas-Boas, après avoir longuement consulté les cadres de son vestiaire dans les jours précédents, a opté pour la stratégie radicalement inverse, n'alignant même pas d'avant-centre, au moment d'aborder ce nouveau classique, comptant pour la 3e journée de la Ligue 1 2020-21. Résultat : 0-1, et une première victoire olympienne à Paris depuis plus de dix ans, sur un but de Thauvin.

Lire aussi

Le PSG, battu à Lens (0-1) trois jours plus tôt lors de son entrée en lice en championnat, avait pourtant attaqué tambour battant : dès la 2e minute de la rencontre, Verratti, servi par Florenzi, oblige Mandanda à une incroyable parade réflexe... Il y aura, en fin de première période, une tête plongeante de Neymar, expédiée au-dessus, mais ce sera tout pour les occasions parisiennes de ce premier acte, malgré une domination outrageuse dans la possession du ballon et l'occupation du terrain. Pourtant, c'est l'OM qui a tiré son épingle de cette mêlasse, sur un coup de pied arrêté de Payet converti de près par Thauvin à la demi-heure... Une réalisation validée malgré une position de hors-jeu manifeste du buteur international.

En seconde période, Benedetto inscrira le but du break... qui sera refusé, bien que parfaitement valable. Des décisions à l'image de l'arbitrage lunaire de M. Brisard durant toute la partie, qui aura eu pour effet d'échauffer les esprits, au point que chaque duel, ou presque, finira par être ponctué par un coup, voire plusieurs, puis d'échanges d'amabilités. Un cocktail explosif qui aboutira, durant les arrêts de jeu, à une bagarre générale qui rappellera aux plus anciens les Classiques des années 1990, et à cinq cartons rouges, distribués dans le chaos le plus total à Paredes, Benedetto, Amavi, Kurzawa et Neymar ! Le PSG n'est pas le seul à avoir perdu, dimanche 13 septembre. Le football, aussi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent