PSG-OM : à Paris, quand Neymar n’est pas là, Angel Di Maria danse (avec le ballon)

PSG-OM : à Paris, quand Neymar n’est pas là, Angel Di Maria danse (avec le ballon)

LIGUE 1 – Longtemps dans l’ombre de Neymar, Angel Di Maria s’est émancipé ces dernières semaines. Au point de représenter, avant le Classique de ce dimanche soir face à l’OM, le principal atout offensif parisien du moment. Un atout qui s’épanouit d’autant plus en l’absence du Brésilien.

L’immense cacophonie estivale autour d’un possible départ de Neymar a au moins permis de fédérer sur un point, faisant plus ou moins l’unanimité, au-delà d’une rancune chez certains supporters parisiens : "Le PSG est plus fort avec lui que sans lui", comme vient de le répéter, depuis le Brésil, Maxwell, ex-dirigeant du club reconverti cet été dans un rôle d’ambassadeur. Une évidence ? Pas si l’on regarde ce qu’il se passe en l’absence de l’attaquant star, à savoir une émancipation étincelante d’Angel Di Maria. Cela tombe, en l’occurrence, plutôt bien en vue du toujours attendu Classique de dimanche face à l’OM : l’Argentin sera là, pas le Brésilien, qui soigne actuellement une blessure à une cuisse.

Toute l'info sur

Neymar la superstar du PSG

Lire aussi

Ce n’est pas juste une vue de l’esprit, puisque les chiffres traduisent distinctement cet état de fait. Sur ce début de saison, Angel Di Maria est le joueur le plus utilisé par l'entraîneur Thomas Tuchel, avec 14 matchs disputés, pour 7 buts et 5 passes décisives. Entre deux blessures, Neymar a, lui, disputé quatre de ces rencontres, marquant trois buts (pour autant de victoires sur le score de 1-0), tandis que son partenaire argentin n’offrait, dans ce même temps, qu’une passe décisive. Ainsi, selon l’institut de statistiques Opta, cité par L’Équipe, Di Maria n’a été décisif qu’une fois en 316 minutes avec le Brésilien à ses côtés, alors qu’il l’a été toutes les 60 minutes passées sur le terrain sans lui depuis le 3 août.

Lire aussi

Certains pourraient alors rétorquer qu’il ne s’agit que d’un phénomène ponctuel... Sauf que, si l’on étend les statistiques jusqu’à l’arrivée de Neymar à Paris, à l’été 2017, la tendance se confirme. Et pas qu’un peu. En effet, depuis lors, quand le Brésilien n’est là, ce qui arrive assez souvent (il a manqué exactement autant de matchs qu’il en a joué sous le maillot du PSG), Di Maria tire plus souvent (4 fois par match en moyenne contre 3,7 avec la star), cadre plus souvent (1,8 contre 1,5), dribble plus souvent (5,1 contre 3), touche plus de ballons (72,8 contre 68,8), distille plus de passes décisives (16 contre 14) et marque quasiment deux fois plus (30 contre 17) !

Lire aussi

Autant de chiffres démontrant que ce n’est pas une coïncidence. Et qui disent la relation entretenue par les deux joueurs : Di Maria accepte volontiers de se mettre au service de son prestigieux coéquipier (il lui fait en moyenne 8,6 passes par match, alors que le Brésilien ne lui en donne que 7,8), quitte à se brider, mais n’hésite en revanche pas à prendre davantage de libertés, notamment dans ses déplacements, en son absence, l’Argentin devenant alors le seul créateur au sein des lignes offensives parisiennes, ce qui semble le sublimer. En clair : il est une excellente raison, pour les supporters du PSG, de ne pas craindre une absence de Neymar. Ni même un départ ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas en 24h, la pression hospitalière s'accentue

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter