PSG-OM : André-Pierre Gignac victime d'une malédiction au Parc des Princes ?

Football
CLASICO - Le Marseillais André-Pierre Gignac ne devra pas seulement prendre le dessus sur Thiago Silva, David Luiz et Salvatore Sirigu dimanche soir. Le meilleur buteur de Ligue 1 devra également conjurer le sort dans un Parc des Princes où il n'a encore jamais marqué.

Supporter de l'OM depuis l'enfance, André-Pierre Gignac n'a jamais aimé le Parc des Princes. Mais cela ne suffit pourtant pas à expliquer une statistique étonnante : depuis huit ans que l'attaquant marseillais, actuel meilleur buteur de la Ligue 1 (10 buts en 12 matches), roule sa bille sur les terrains français, il n'a encore jamais inscrit le moindre pion dans l'enceinte de la Porte de Saint-Cloud, à l'atmosphère si particulière, qu'il retrouvera dimanche à l'occasion d'un nouveau Clasico . Parce que celui qui compte 83 buts en 233 matches dans l'élite est maudit ?

L'hypothèse, farfelue, on en convient, trouve un écho dans les quatre revers consécutifs de l'OM à Paris depuis que Gignac a rallié Marseille. Sauf que l'attaquant ne garde pas que de mauvais souvenirs de ses séjours dans la capitale, loin de là : avec Lorient (2006) puis Toulouse (2007 et 2008), il a enchaîné trois victoires de rang au Parc. Certes, c'était le PSG d'avant le Qatar, mais l'enceinte en elle-même n'avait alors aucun effet sur lui.

Une incapacité à élever son niveau de jeu ?

C'est sans doute dans le profil psychologique de Gignac qu'il faut aller chercher une explication. En effet, à l'échelle de sa carrière, une autre statistique interpelle. Au stade Bonal (Sochaux), il a par exemple scoré quatre fois. Au Parc des Sports d’Annecy (où évolue Évian), à la Mosson (Montpellier) ou à Geoffroy-Guichard (Saint-Étienne), il en a mis trois. En revanche, il n'a pas plus marqué au stade Jacques-Chaban-Delmas (Bordeaux), à Louis-II (Monaco) ou au stade Pierre-Mauroy (Lille) qu'il n'y est parvenu au Parc des Princes. Il faut donc croire que ce sont les grandes affiches qui éteignent son talent de buteur. Même s'il ne faut jamais oublier pas que les statistiques sont justement faites pour être contredites.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter