PSG-OM : "Zlatan va me manquer, qui je vais pouvoir insulter, Cavani ?", se demande Rod Fanni

Football

CLASICO – Le défenseur marseillais Rod Fanni évoque avec humour et nostalgie ses (nombreux) souvenirs de matchs contre le PSG, et explique ce qu’il ne faudra surtout pas faire durant celui de dimanche soir.

Dans un effectif marseillais en perpétuel mouvement, Rod Fanni figure un îlot de stabilité. Et c’est un paradoxe symbolique quand on sait que le défenseur est revenu à l’OM cet été un an après l’avoir quitté, en fin de contrat, pour aller s’ennuyer au Qatar puis à Charlton, en D2 anglaise. Non, vraiment, le natif de Martigues n’aura jamais trouvé mieux que le chaotique club phocéen, qui vient par exemple de changer d’entraîneur (Rudi Garcia remplace Franck Passi) à trois jours d’un Clasico toujours bouillant, au Parc des Princes, contre le PSG. Ce match-là, l’international français (5 sélections de 2008 à 2010) le connaît comme sa poche. Et il en parle parfaitement bien. 

Lire aussi

    Ce jeudi, dans La Provence, il se remémore ainsi celui disputé, le 9 novembre 2014, sous les ordres de Marcelo Bielsa, avant de faire le lien avec celui à venir dimanche : "Nous avions fait bonne figure, nous méritions beaucoup, beaucoup mieux. Si nous avions mené 3-0 à la pause, ça n'aurait pas été volé, malheureusement, nous avons beaucoup gâché, mauvais choix de dernière passe, tirs à angle fermé. Nous en avons gardé une boule au ventre. C'est nous qui leur avons donné le match. Ce soir-là, nous n'avions rien appris du PSG, qui n'a jamais été autant bousculé cette année-là. Nous avons donné plusieurs fois des leçons de football cette saison-là, sans parvenir à gagner. Le bilan de ces dernières années est flagrant mais sur le terrain, nous n'avons jamais eu l'impression d'être dépassés. Pour battre Paris, il faut jouer décomplexé. Quand on est inhibé, qu'on ne sort pas, Paris surfe là-dessus."

    Lire aussi

      C’est bien simple : ses matchs contre le PSG, Rod Fanni les a tous perdus, sauf les deux de la saison 2011-12. Celle qui a précédé l’arrivée de Zlatan Ibrahimovic dans la capitale… Un Zlatan qui ne sera plus là pour disputer le prochain. Mais, plutôt que d’y voir un quelconque présage, le défenseur a préféré encore replonger dans ses souvenirs : "Il s'était attrapé avec Barton, et avec moi aussi. Nous avons passé notre temps à nous insulter et à nous mettre des coups. On s'est piétiné... Il va me manquer... Quand j'y pense, je me demande qui je vais bien pouvoir insulter (rires). Cavani, peut-être ? Il ne parle pas beaucoup..." Mais l'Uruguayen a déjà marqué, en l’absence du Suédois, 13 buts en 10 matchs cette saison. Le genre de joueur qui ne fait pas du tout rigoler.

      Lire aussi

        En vidéo

        Le point de vue d'Edouard Cissé : PSG, OM, les Bleus, le foot actuel

        Sur le même sujet

        Et aussi

        Lire et commenter