PSG : pourquoi Neymar risque maintenant six ans de prison en Espagne

Football
JUSTICE - Le magistrat espagnol qui devait juger Neymar pour les présumées irrégularités de son transfert au Barça, estime que le joueur encourt jusqu'à six ans de prison et que trois juges doivent donc présider son procès.

Si le transfert de Neymar de Barcelone à Paris en 2017, contre 222 millions d’euros, indemnité la plus élevée de l’histoire du football, a beaucoup, beaucoup fait parler, le précédent, de Santos à Barcelone en 2013, donne du travail à la justice espagnole. L’AFP révèle en effet ce mercredi, confirmant une information du quotidien La Vanguardia après avoir consulté l’ordonnance en question, que le juge José María Vázquez Honrubia, en charge du dossier, estime que "la peine pouvant être imposée en principe à Neymar pourrait être de quatre à six ans". En conséquence de quoi, le magistrat a saisi la chambre pénale de l'Audience nationale, juridiction réservée aux cas ayant une importance nationale ou internationale. Selon la juridiction espagnole, trois juges, et non plus un seul, devront donc présider son procès.

Jugé pour "corruption dans les affaires" et "escroquerie"

Pour mémoire, le FC Barcelone avait, dans un premier temps, officiellement chiffré le transfert de Neymar à 57,1 milllions d'euros - 40 millions pour la famille de Neymar et 17,1 pour Santos - mais la justice espagnole a calculé qu'il avait été au moins de 83 millions. L'affaire avait été déclenchée par une plainte du groupe brésilien DIS, ancien détenteur d'une partie des droits du joueur, s'estimant lésé dans l'opération en ayant touché 6,8 millions d'euros sur les 17,1 reçus par Santos, le club formateur de la star du PSG, sans connaître le montant exact de l'indemnité de transfert. Et le parquet avait réclamé une peine de deux ans d'emprisonnement à l'encontre de Neymar qui, dans sa déposition devant le juge, avait plaidé qu'il ne faisait que jouer au foot et accordait une confiance aveugle à son père, également son agent.

Mais finalement, le juge José María Vázquez Honrubia a considéré que selon l'accusation présentée par DIS pour "corruption dans les affaires" et "escroquerie", la peine maximale encourue devait être plus lourde et pourrait dépasser les cinq ans de prison. Dans la pratique, cette décision retarde encore davantage la date d’un éventuel procès. En mai 2017, la justice espagnole n’en avait même pas fixé une, se contentant d’indiquer que Neymar devait être jugé, au même titre que ses parents, le président du FC Barcelone Josep Maria Bartomeu, son prédécesseur Sandro Rosell, le club de Santos, et son président de l’époque Odilio Rodrigues Filho, tous mis en cause. La suite au prochain épisode, donc

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Neymar la superstar du PSG

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter