PSG-Real Madrid (1-2) : Julian Draxler tacle Unai Emery à la gorge

FOOTBALL – Peu de langues se sont déliées après l’élimination du PSG par le Real Madrid, mardi 6 mars, en 8es de finale de la Ligue des champions. Mais celle de Julian Draxler compte triple. Au moins.

Ce qu’il faudrait changer au PSG pour enfin passer un cap en Ligue des champions ? À l’écoute de cette question, le visage de Thiago Silva s’est fermé, tard mardi 6 mars dans les entrailles du Parc des Princes, et le capitaine parisien l’a sèchement évacuée d’un "demandez ça au président", avant de tourner les talons. Comme le défenseur brésilien, l’immense majorité des hommes d’Unai Emery a opté pour un silence diplomatique quand les journalistes ont évoqué le cas de l’entraîneur… À une exception notable près : Julian Draxler, invité à réagir sur le plateau de la chaîne allemande ZDF après la défaite (1-2) contre le Real Madrid, synonyme d’élimination, n’a, lui, pas hésité à dégainer la sulfateuse.

Tu ne peux pas juste faire des passes et espérer que quelque chose tombe du ciel.Julian Draxler

L’international allemand avait déjà paru fort contrarié quand, à la 71e minute, son coach l’a renvoyé à l’échauffement juste après l’égalisation à 1-1, décalant son entrée en jeu de cinq grosses minutes, jusqu’à la 76e. "Sur le coup, je n’ai pas compris, a déclaré l’international allemand à ce sujet précis. Je ne sais pas ce qui s’est passé. C’était un manque de sensibilité, ce n’était pas logique. Le score de 1-1 ne changeait rien pour nous, il fallait encore marquer, continuer à presser et attaquer. Donc oui, j’étais surpris et en colère." Son regard noir avait de toute façon parlé pour lui.

Mais c’est surtout quand il a tenté d’expliquer ensuite cette déroute que Julian Draxler s’est montré le plus critique à l’encontre d’Unai Emery : "Cet été, nous avons dépensé 400 millions d’euros et tout le monde disait que ça allait changer les choses, mais on a encore échoué. Et c’est difficile d'accepter d'avoir été si inoffensifs, si passifs. Nous aurions dû mettre l'adversaire sous pression, mais nous ne l'avons pas fait et nous sommes logiquement éliminés. Le Real Madrid a pu jouer tranquillement et n’a jamais été inquiet. On a fait tourner le ballon mais tu ne peux pas gagner en faisant juste ça. Tu dois mettre la pression quand tu perds 3-1 (le score au match aller, ndlr), pas juste faire des passes et espérer que quelque chose tombe du ciel." Un tacle qui, sur le terrain, aurait pu valoir un carton rouge.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'élimination du PSG en Ligue des champions

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter