PSG-Real Madrid (3-0) : la presse espagnole se déchaîne, le reste de l’Europe ironise

Football

REVUE DE PRESSE – C’est peu dire que l’humiliation (3-0) infligée au Real Madrid par le PSG, mercredi soir en ouverture de la Ligue des champions, n’est pas passée inaperçue. Tour des médias de France et d’Europe.

Une certaine euphorie enveloppe, ce jeudi matin, la presse sportive française, au lendemain de l’étincelante victoire (3-0) du Paris Saint-Germain face au Real Madrid en ouverture de la Ligue des champions. L’Équipe, emporté par un élan lyrique, y a ainsi vu une "danse avec les anges", titre placardé en Une en hommage à Angel Di Maria, auteur d’un doublé face aux Merengue. Tandis que, pour Le Parisien, "le PSG a puni le Real d’entrée", et "ce n’est que le début", est-il rappelé dans des pages intérieures très enthousiastes.

Voir aussi

De l’autre côté des Pyrénées, forcément, c’est une autre ambiance. En particulier du côté de Madrid et de ses deux grands quotidiens sportifs. "Le Real n’ira pas loin comme ça", s’alarme Marca, tandis que AS a réduit son titre de Une au terrible essentiel : "Sans âme". En pages intérieures, un éditorialiste de Marca s’inquiète même plutôt franchement de l’inversion du rapport de forces entre les deux clubs, en soulignant les absences dans les rangs parisiens : "Si Sarabia, Di Maria et Icardi font mal au Real Madrid à ce point, imaginez ce que pourraient lui faire Neymar, Mbappé et Cavani."

En parallèle, les journaux catalans se régalent. "Ecrabouillés" titre ainsi en Une le quotidien Sport. Mundo Deportivo affiche, lui, un énorme : "Le Real K.O.".

Le PSG aurait dû jouer comme ça ces dernières années en 8es de finale.- Dans "The Sun"

En Angleterre, l’affaire ne fait pas les gros titres, mais les médias accordent tout de même une place conséquente à la démonstration de force du PSG. The Sun note, avec le verbe familier qui le caractérise, que Paris "a rossé le Real Madrid", qualifiant ce match de "départ parfait"... mais soulignant, perfide, "que le PSG aurait dû jouer comme ça ces dernières années en 8es de finale". La BBC, elle, s’est attardé sur le cas de l’ancien Madrilène Angel Di Maria, "bourreau de son ex-employeur", et constate : "Pas de superstars, pas de problème pour le PSG."

En Italie et en Allemagne, en revanche, cette performance n’a que très peu d’écho. Tout juste La Gazzetta dello Sport ironise-t-elle dans un coin de sa Une sur "Di Maria le galactique", surnom habituellement donné aux stars du Real Madrid. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter