Le PSG privé de sa "MCN", une première en Ligue des champions : comment s'en sort Paris sans elle ?

Football

EXPÉRIMENTATION - Pour le choc face au Real Madrid, ce mercredi lors de la 1re journée de la phase de poules de la Ligue des champions, le PSG est privé de son trio Mbappé-Cavani-Neymar. C'est la première fois depuis l'arrivée du Brésilien que Paris sera confronté à cette situation en Coupe d'Europe. Mais cela n'est pas inédit pour autant.

Soir de première. Et quelle première ! Kylian Mbappé et Edinson Cavani convalescents et Neymar suspendu pour les deux premières journées de la phase de poules, le PSG va devoir se passer de la "MCN", sa redoutable ligne d'attaque à 466 millions d'euros en Ligue des champions. Aucun membre de ce trio d'enfer ne foulera la pelouse du Parc des Princes pour la réception du Real Madrid mercredi 18 septembre (à 21h, en live commenté sur LCI), ce qui n'est jamais arrivé en Coupe d'Europe. C'est dans ce contexte rarissime, face au gros morceau de son groupe, que le PSG va donc lancer sa campagne européenne. 

Il faut dire que, depuis l'arrivée de Neymar au PSG à l'été 2017, les fois où aucun joueur affilié à la "MCN" n'a été aligné se comptent sur les doigts d'une main. Cela n'est arrivé qu'en Ligue 1. En tout et pour tout, le club parisien n'a disputé que quatre rencontres sans au moins Mbappé, Cavani ou Neymar sur la feuille de match. Avec un bilan dont il est difficile de tirer des enseignements tant les circonstances ont pu influer sur les résultats : une victoire à Troyes (0-2) en mars 2018, un nul à Caen (0-0) en mai 2018, une défaite à Nantes (3-2) le 17 avril dernier, et plus récemment un succès à Metz (0-2) le 30 août dernier. 

Lire aussi

Ce qui est sûr, c'est qu'en leur absence, des places se libèrent sur le front de l'attaque parisienne. Et cela donne du fil à retordre à leur entraîneur Thomas Tuchel pour dessiner le secteur offensif le plus cohérent. Tout porte à croire que, Neymar et Mbappé en tribunes, Pablo Sarabia et Angel Di Maria seront chargés d'animer les couloirs. Seul leur positionnement, à gauche ou à droite, demeure en suspens. Après avoir débuté à gauche pour l'Espagnol et à droite pour l'Argentin face à Strasbourg (1-0), ce qui n'a pas eu l'effet escompté, les deux ailiers ont interverti les postes en cours de match. Qu'en sera-t-il face au Real ? Nul doute que Tuchel prendra en compte leurs performances sur les deux côtés avant d'arrêter sa décision.

Choupo-Moting ou Icardi dans l'axe ?

En revanche, s'il y a bien un casse-tête auquel il doit se confronter, c'est celui du choix de l'avant-centre. Remplaçant naturel de Cavani, Éric Maxim Choupo-Moting compense à merveille l'absence du meilleur buteur de l'histoire du PSG (195 buts). Le Camerounais réalise un début de saison plus que convaincant (3 buts, face à Toulouse et Metz). Mais, si sa place dans le onze de départ était quasiment assurée contre le Real Madrid il y a quelques semaines, les cartes ont été rebattues avec l'arrivée de dernière minute de Mauro Icardi. Contrairement à "Choupo" dont l'expérience en C1 reste modeste (55 minutes de jeu), l'attaquant argentin a l'avantage d'avoir brillé dans cette compétition où il a dix fois plus joué (540 minutes) avec l'Inter Milan. Dans les grands matches, il s'est aussi illustré en marquant contre le Barça et Tottenham.

Voir aussi

Mais, au profit de Choupo-Moting, Icardi est encore loin d'afficher une forme étincelante. En retard sur sa préparation, après avoir été mis de côté à l'Inter, "El niño del partido" n'a disputé ses premières minutes que le week-end dernier. Et si ses 30 premières minutes sous le maillot parisien ont été plutôt rassurantes, il aurait pu ouvrir son compteur si Koné ne s'était pas interposé sur sa frappe dans la surface, il risque d'être à la peine en débutant une rencontre qui requiert une grosse caisse physique. "Je ne sais pas exactement dans quel état physique il est et combien de minutes il peut jouer", a expliqué l'entraîneur parisien devant la presse. "Peut-être qu'on doit essayer qu'il commence demain (mercredi). Ou que 'Choupo' commence, ou les deux. (rires)" À défaut de trancher dans le vif, Tuchel est maître dans l'art du contre-pied. 

Lire et commenter