PSG : Thiago Silva, capitaine abandonné

Football
FOOTBALL - Lors de la défaite du PSG face au Barça en Ligue des champions mercredi (3-1), Thiago Silva n'est pas parvenu à se hisser au niveau que cette rencontre exigeait. Le capitaine brésilien est actuellement très loin d'être indiscutable... "O Monstro" ne fait plus peur à grand monde. Explications en attendant le déplacement à Guingamp, dimanche à 17 heures.

Après l'adrénaline d'une affiche de prestige, place au rythme monotone de la Ligue 1. Après le Camp Nou de Barcelone et ses 90 000 spectateurs mercredi soir, le PSG et ses stars se rendent dimanche à Guingamp, au stade du Roudourou, dont l'affluence (22 000 places) est supérieure au nombre d'habitants de la ville.

Forcément, la défaite (3-1) administrée par la bande à Messi (la seule de la saison, soit dit en passant) sera encore dans toutes les têtes. Dans celle de Lucas, qui repensera sans doute à ses deux énormes occasions manquées. Mais surtout dans celle du capitaine, Thiago Silva, directement impliqué sur les trois buts catalans. Une contre-performance spectaculaire qui devrait laisser des traces.

"Il avait déjà craqué psychologiquement"

Comment le meilleur défenseur du monde en est-il arrivé là ? "Il s'est tellement investi dans la Coupe du monde cet été que cela a eu des conséquences dantesques, rappelle à metronews Jean-Luc Arribart, ancien défenseur aux 380 matches dans l'élite. Le monde entier l'a vu en pleurs pendant les tirs au but contre le Chili. Il avait déjà craqué psychologiquement."

Même s'il l'a vécu depuis les tribunes, le 7-1 en demi-finale contre l'Allemagne a fini de l'achever... Alors, pour vite se remettre d'aplomb, il s'était remis à jouer avec moins d'une semaine d'entraînement collectif dans les jambes. Résultat : une blessure après son premier match, dix semaines d'absence... Et un retour, le 21 octobre, avec des doutes plein la tête.

Marquinhos en embuscade

"On pensait que c'était un roc indestructible mais, depuis, il n'arrive pas à se reconstruire, à retrouver la force qu'il avait en lui", juge Arribart. La perte du brassard de capitaine du Brésil n'a rien arrangé . "J'ai été rétrogradé, lâchait fin novembre un Thiago Silva dépité d'être remplaçant. C'est comme si on m'avait enlevé quelque chose qui m'appartenait. C'est douloureux et ça me rend triste."

En club, ce n'est pas plus joyeux. Mais sa prestation de mercredi, entre duels perdus, courses en reculant et relances manquées, a peut-être été la pire de sa carrière, donnant l'impression d'une inexorable noyade. "Thiago Silva doit être le patron, insiste Arribart. Et il a été défaillant dans le match le plus important de la saison. À 30 ans, il est possible qu'il ne retrouve jamais son véritable niveau." Lui préférer le jeune et talentueux Marquinhos (20 ans) finirait de le plomber.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter