Quand Sepp Blatter versait 5 millions d'euros pour faire oublier la main de Thierry Henry

Football

FIFA – John Delaney, le président de la Fédération irlandaise, a révélé que l'institution dont il a la charge avait accepté un arrangement financier avec la Fifa en 2009. Un versement obligeant la Fédé irlandaise à ne pas engager de poursuites légales après la main de Thierry Henry lors du match de barrage au Mondial 2010...

Quand il n'y en a plus, il y en a encore. Les langues se délient depuis l'annonce de la démission de Sepp Blatter. Jeudi après-midi, le coup est venu d'Irlande. Invité d'une émission sur la radio irlandaise RTÉ , John Delaney, le président de la Football Association of Ireland (FAI), n'a pas caché qu'il avait eu des rapports compliqués – c'est un euphémisme – avec "Don" Sepp Blatter. Tout comme il n'a pas fait de mystère quant au versement d'une somme de 5 millions d'euros, "un bon deal, totalement légal et totalement légitime".

"Il y a eu des insultes, mais on s'est arrangés"

"On avait le sentiment qu'il pouvait y avoir un litige juridique entre la Fifa et nous à cause de la main de Thierry Henry qui nous avait privés de Coupe du monde [une main lors du match de barrage en 2009, ndlr]. Ce jour-là, je suis allé le voir, Sepp Blatter m'a ri au nez, je lui ai alors dit ma façon de penser. Il y a eu des insultes mais nous sommes parvenus à un arrangement", explique Delaney, décomplexé. Finalement, en échange d'un dédommagement substantiel, "nous nous engagions à ne pas exercer de poursuites"... et l'équipe de France a pu aller se crasher à Knysna.   

Dans la soirée de jeudi, la Fifa a tenu à apporter sa version des faits et des précisions sur ce dossier dans un communiqué officiel. "En janvier 2010, la Fifa et la FAI avaient trouvé un accord pour mettre fin au différend. La Fifa avait accordé un prêt de cinq millions de dollars à la FAI pour la construction d'un stade en Irlande. Au même moment, l'UEFA avait aussi débloqué des fonds pour la même enceinte", a indiqué l'instance mondiale du foot.

À LIRE AUSSI >> Pourquoi Sepp Blatter a vraiment du souci à se faire

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter