Qui sont ces supporters racistes de Chelsea ?

Qui sont ces supporters racistes de Chelsea ?

DirectLCI
HORS JEU – En repoussant et en insultant un passager de couleur qui voulait monter dans une rame de métro à la station Richelieu-Drouot mardi, en marge du match PSG-Chelsea, des fans du club anglais se retrouvent dans le collimateur de la justice française. Et ont ravivé le spectre des hooligans. Qu'en est-il vraiment ? metronews a demandé à un spécialiste du milieu des supporters.

L'incident a causé un vif émoi. En marge du 8e de finale aller de Ligue des champions entre le PSG et Chelsea (1-1) mardi, des fans du club londonien se sont funestement illustrés. Station Richelieu-Drouot, à 19 h 30, ils ont empêché un homme de couleur d'entrer dans la rame de métro où ils se trouvaient. 

Cette scène, filmée, a provoqué un véritable sentiment de colère, en France comme en Angleterre . La justice française ayant ouvert une enquête pour confondre ces individus et la Fédération anglaise de football réclamant des sanctions sévères à l'égard de ces personnes qui se présentent comme des supporters de Chelsea. Via leur site, les Blues ont lancé un appel à témoins pour les identifier.

EN SAVOIR + >> Le dégoût de Paul Canoville, premier joueur noir de l'histoire de Chelsea

Franck Berteau, auteur du "Dictionnaire des supporters" (éditions Stock) , nous éclaire sur le profil des hordes qui suivent les Blues : "Ce genre de migrations fait partie de la culture "fan à l'anglaise". Par rapport à ce qu'il s'est passé à Paris mardi, j'ai l'impression qu'on a davantage affaire à une bande d'abrutis décérébrés qui débarquent avec 4 grammes d'alcool dans le sang. Il n'y a pas eu d'autres incidents à déplorer, contrairement à la saison dernière, ce qui laisse penser qu'on n'est pas en présence d'un hooliganisme structuré, pur et dur. On est loin de l'idéologie raciste en vogue il y a quelques années."

EN SAVOIR + >>  Un fan de Chelsea réfute les accusations de racisme

Sauf qu'après avoir refusé que ce passager monte à bord, ces Anglais ont entonné un chant résolument raciste ("On est raciste et c'est ça qu'on aime"). "Il fait malheureusement partie d'un certain folklore, d'une tradition héritée des années Head Hunters ("les chasseurs de tête", ndlr), explique le journaliste. Les Head Hunters, c'est cette 'firme' de hooligans qui a sévi à Chelsea fin des années 80, début des années 1990. Là, effectivement, on avait affaire à une des bandes les plus réputées d'Angleterre, avec un vrai terreau raciste, voire d'inspiration néo-nazie, et avec un goût pour la provocation et la violence. Mais aujourd'hui, on peut considérer que cette image appartient au passé, même s'il y a évidemment quelques supporters de Chelsea qui pratiquent encore les fights et/ou certaines formes de racisme." Interrogé par Press Association Sport, Mitchell McCoy, un Londonien âgé de 17 ans présent dans la rame au moment des faits, a beau réfuter les accusations de racisme, la vague d'indignation n'est pas près de se briser.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter