Rachat de Bordeaux et arrivée de Thierry Henry : qui se cache derrière GACP, le futur propriétaire des Girondins ?

Rachat de Bordeaux et arrivée de Thierry Henry : qui se cache derrière GACP, le futur propriétaire des Girondins ?
Football

RACHAT - Thierry Henry n'a jamais été aussi proche des Girondins de Bordeaux. Ce jeudi, le champion du monde 1998 doit rencontrer les futurs propriétaires américains du club, le fonds d'investissement General American Capital Partners (GACP), pour entériner son arrivée. LCI vous présente ce nouvel acteur méconnu dans le milieu du sport.

Une nouvelle ère débute à Bordeaux. Détenu depuis 1999 par M6, les Girondins vont changer de mains. Après de longues semaines de négociations exclusives pour acquérir 100% du club, le fonds d'investissement General American Capital Partners (GACP), dans le sillage de son président Joseph DaGrosa, est parvenu à un accord pour en devenir le nouveau propriétaire. D'ici octobre, date de la cession définitive, la transition devait se passer en douceur.

Lire aussi

Sauf qu'après la mise à pied de Gustavo Poyet, suite à son coup de sang contre la direction bordelaise, voilà les Américains confrontés à leur première décision, qui pourrait être l'une des plus marquantes dans l'histoire du club, à savoir recruter Thierry Henry. Ce jeudi 23 août, une réunion est programmée entre le favori au poste d'entraîneur et le futur propriétaire du club au scapulaire. Cette rencontre doit permettre à GACP d'apporter des garanties sur les moyens qu'il va allouer au champion du monde 1998. En attendant l'issue de ce rendez-vous, LCI vous présente le fonds d'investissement, futur repreneur des Girondins.

En vidéo

ARCHIVE - Mondial 2018 : Thierry Henry, un Français au cœur du succès belge

Une grande première dans le football

Basé à Miami, Joseph DaGrosa n'a jamais investi dans le domaine du sport avant de s'intéresser au rachat des Marines et Blancs. L'homme d'affaires, new yorkais de naissance, a toutefois préparé un futur investissement dans le football en créant deux holdings, GACP Soccer Holding LLC fondée en juillet 2017 et GACP Premier Soccer Partners Inc créée en août. Ce self-made man a fait fortune en investissant avec l'argent des banques. Avec ses associés, il a racheté 248 restaurants Burger King, devenant le deuxième plus gros franchisé des États-Unis avant de les revendre avec succès. À ce jours, GACP gère 41 sociétés, reparties dans des secteurs aussi diversifiés que la régénération de cellules souches, l'aéronautique et les télécommunications.

Une équipe de conseillers reconnus

Pour mener l'opération de rachat des Girondins, Joe DaGrosa s'est entouré de plusieurs personnalités ayant fait leurs preuves dans le milieu du football. Ainsi, parmi ses conseils, on retrouve en première ligne Hugo Varela, un ancien joueur du Sporting et ex-agent dont le réseau n'est plus à faire. L'Américain de 54 ans s'est également attaché les services de Toni Muñoz, ancien directeur sportif de Getafe, Ian Ayre, ex-directeur général de Liverpool, Jesualdo Ferreira, ancien entraîneur du FC Porto, d'Eduardo Macia Martine, en charge du recrutement à Leicester, et pour finir, Miguel Pardeza, directeur sportif du Real Madrid entre 2009 et 2014. Autant de grands noms qui ont pour but d'asseoir sa légitimité dans le monde du ballon rond.

De folles ambitions pour Bordeaux

Intéressé par le potentiel des Marines et Blancs, la société d'investissement General American Capital Partners a pour ambition de développer économiquement le club sur tous les aspects, marketing, merchandising et sponsoring. Dans Sud Ouest, Joseph DaGrosa avait commencé à dévoiler les grandes lignes de son projet pour les Girondins, auxquels il prévoit d'allouer une enveloppe de 80 millions d'euros sur trois ans. "Nous avons de très fortes ambitions", expliquait-il, fin juillet, dans les colonnes du quotidien. "Sur le plan sportif, nous allons l'aider à devenir une top équipe du championnat de France, en nous qualifiant pour la Ligue des champions dans les prochaines saisons. En dehors du terrain, nous allons développer la marque Bordeaux à l'étranger, en particulier en Chine et aux États-Unis." L'objectif est de tripler les recettes du club.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

EN DIRECT - Covid-19 : 258 décès enregistrés en 24 heures, un niveau similaire à fin mars

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent