Real Madrid : Ancelotti, de la kryptonite pour le super Bayern

Real Madrid : Ancelotti, de la kryptonite pour le super Bayern

DirectLCI
FOOTBALL – Le Real Madrid est attendu de pied ferme par le Bayern Munich, mardi à l'occasion de la demi-finale retour de la Ligue des champions. En Bavière, où le club espagnol n'a jamais gagné, Carlo Ancelotti tentera de prolonger sa bonne série. Car l'entraîneur italien, lui, n'a jamais perdu contre l'ogre allemand.

Interrogé en conférence de presse sur le statut de "bête noire" du Bayern Munich pour le Real Madrid avant le match aller, Carlo Ancelotti avait tenu à apporter une précision. "Ce n'est pas le cas pour moi, je n'ai jamais perdu un seul match contre eux", avait rappelé le technicien transalpin. L'ancien entraîneur du PSG peut en effet se targuer d'un bilan positif face aux champions d'Europe en titre : cinq victoires et deux nuls en sept matches.

Si Munich est une terre maudite pour le Real (8 défaites et 1 nul en neuf déplacements), le club espagnol aborde cette demi-finale retour de Ligue des champions avec un avantage d'un but, œuvre de Karim Benzema à Bernabéu . Et celui d'avoir à sa tête un entraîneur talisman. Dans l'attente d'une finale de C1 et de la fameuse Décima depuis douze ans, les amateurs de la Maison blanche n'auront pas manqué de remarquer qu'à deux reprises, Ancelotti a croisé avec succès la route du Bayern sur la scène européenne avant de soulever la coupe aux grandes oreilles.

"Le catenaccio n'est pas un gros mot"

En 2002, celui qui était alors à la tête de l'AC Milan avait vu ses Rossoneri s'imposer 2-1 en Allemagne comme en Italie en phase de groupe, avant d'être sacré aux dépens de la Juventus de Turin, quelques mois plus tard à Manchester. Lors de l'exercice 2006-2007, marqué par un nouveau sacre européen milanais, c'est en quarts de finale que les Lombards avaient imposé leur loi aux Bavarois. Accrochés chez eux (2-2), les partenaires de Kaka avaient pris d'assaut l'Allianz Arena (2-0).

Un scénario qui ferait parfaitement les affaires du Real, dominé mais réaliste au match aller, ce mardi. Une tactique frileuse qui avait valu des critiques à Ancelotti, surtout outre-Rhin. Invité à évoquer le sujet, lundi en conférence de presse, le Transalpin a procédé à une petite mise au point. "L'intention est toujours de marquer des buts. Mais le catenaccio (un système tactique axé sur la défense, ndlr) n'est pas une mauvaise chose ! Ce n'est pas un gros mot", a lâché Ancelotti, qui a tout du pompier idéal pour éteindre le feu promis par le Bayern.

Plus d'articles

Sur le même sujet