Real Madrid : Florentino Perez a accordé les pleins pouvoirs à Zinedine Zidane

Real Madrid : Florentino Perez a accordé les pleins pouvoirs à Zinedine Zidane

Football
DirectLCI
FOOTBALL - Dans un club aussi politique que le Real Madrid, tous les entraîneurs ne se valent pas. En témoigne l'impressionnante marge de manœuvre dont va disposer Zinedine Zidane, en comparaison avec celle de son prédécesseur, Rafael Benitez.

"Choisir l'argent plutôt que le pouvoir, c’est une erreur que pratiquement tout le monde fait. L'argent, c’est une villa tape à l’œil de Sarasota, qui commence à se délabrer au bout de dix ans. Alors que le pouvoir, c'est la vieille maison en pierre de taille qui restera debout pendant plusieurs siècles", professait Franck Underwood, l'anti-héros de la série House of Cards, dans un de ses fameux monologues. Une comparaison qui illustre assez bien la différence de statut entre Rafael Benitez, entraîneur fraîchement limogé du Real Madrid, et son successeur, Zinedine Zidane . Car si le premier gagnait environ deux fois plus que le second (qui percevra 2,5 millions d'euros net par an), le rapport est presque complètement inverse en ce qui concerne leur pouvoir de décision.

Ce jeudi, le quotidien madrilène Marca détaille en effet les prérogatives du Français, qui s'appuient sur la relation privilégiée qu'il entretient depuis de longues années avec le président, Florentino Perez. Lequel avait fait du meneur de jeu l'un de ses conseillers dès la fin de sa carrière de joueur, en 2006. Avant de le consulter de plus en plus régulièrement, comme chacun des membres de son entourage proche, toutes les fois où il a dû prendre une décision ces six dernières années.

EN SAVOIR + >> Real Madrid : Zinedine Zidane entraîneur, ça vaut quoi au juste ?

"ZZ" s'est même trouvé directement à l'origine des venues de Raphaël Varane et de Gareth Bale, en même temps qu'il gravitait au plus près des entraîneurs en place, intégrant le staff de José Mourinho puis celui de Carlo Ancelotti. Ce qui inspire cette réflexion à Raymond Domenech, ce jeudi, dans Le Monde  : "Il a été le faux adjoint de Carlo Ancelotti. C'était la première fois que je voyais un adjoint en costard sur le banc. C’était cousu de fil blanc qu’il deviendrait l’entraîneur du Real."

Au point qu'aujourd'hui, Zinedine Zidane dispose des pleins pouvoirs sportifs. Une chance qu'aucun de ses prédécesseurs n'a eue, à l'exception de José Mourinho. Mais le Portugais avait dû les exiger et même forcer la main de Florentino Perez sur certains dossiers. Concrètement, le Français va, lui, pouvoir façonner l'effectif à sa guise, qu'il s'agisse d'intégrer des éléments du Castilla (l'équipe réserve qu'il coachait depuis un an et demi) ou de recruter à l'extérieur, sans se sentir obligé d'aligner tel joueur à tel poste. Une rareté, pour ne pas dire un luxe, à l'échelle de la Maison blanche. Car cela lui donnera toute latitude pour définir, seul, la politique sportive du Real dans sa globalité. Rien de moins.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter