Real Madrid : on a vu jouer Enzo Zidane contre le PSG

Real Madrid : on a vu jouer Enzo Zidane contre le PSG

Football
DirectLCI
HISTOIRE DE FAMILLE - Le quart de finale de la Youth League remporté par le Real Madrid face au PSG était l'occasion d'enfin voir jouer Enzo Zidane. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le jeune joueur âgé de 18 ans ressemble beaucoup à son père Zinedine balle au pied.

N° 10 dans le dos, mais, au-dessus, pas de nom, juste un prénom. Enzo Zidane mène depuis son plus jeune âge un combat perdu d'avance : celui de la discrétion. La faute à son champion du monde de père, Zinedine, un des meilleurs joueurs que le football ait connu. Alors, quand le fils de "Zizou" débarque à Paris avec le Real Madrid pour affronter le PSG en quarts de finale de la Youth League (la Ligue des champions des -19 ans), il ne passe pas inaperçu.

Mardi soir, plus d'un millier de curieux et 65 journalistes accrédités étaient au stade Charléty pour enfin voir ce jeune joueur de 18 ans. Car en France, le niveau d'Enzo Zidane reste un mystère : même lors de son récent passage à Clairefontaine avec les U19, seuls quelques privilégiés ont pu voir l'aîné du Ballon d'or 1998 jouer . L'occasion était donc belle d'enfin se faire un avis sur "Zizou junior", qui, sous les yeux de son célèbre paternel présent en tribune, a fait… du  Zidane.

"Surcoté ou pas, il faut le laisser suivre son chemin"

Tête penchée vers l'avant lorsqu'il est balle au pied et cheville droite élastique quand il s'agit de trouver un appui ou de faire une passe, Enzo, dans sa gestuelle, rappelle Zidane de façon troublante. Pas vif mais hyper-technique, il a une foulée un peu désaxée qui relève parfois du mimétisme. De même que sa réticence à venir devant les micros.

Après la rencontre, remportée contre le cours du jeu par le Real (1-0), le jeune Franco-Espagnol sorti à l'heure de jeu sous les applaudissements du public, a esquivé la presse en adressant aux journalistes un "désolé" et un sourire timide. Difficile, donc, d'en savoir un peu plus sur Enzo Zidane, qui a tout de même impressionné ses adversaires du soir.

"Il est bon, ça se voit, explique Mike Maignan, le gardien parisien. Mais on s'est pas non plus focalisés sur lui." Joueur "comme les autres" selon son coach, Luis Miguel Ramis, Enzo Zidane suscite pourtant les espoirs les plus fous. "Surcoté ou pas, il faut le laisser suivre son chemin, tempère Laurent Bonadéi, l'entraîneur du PSG. Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il a du potentiel." Mais il faudra plus d'un match pour en juger.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter