Ligue des champions : le match Real Madrid-PSG a aussi un (énorme) enjeu financier pour le club parisien

GROS SOUS – Le PSG ne joue pas que sa saison sportive face au Real Madrid en 8es de finale de la Ligue des champions : une élimination représenterait également pour lui un sérieux manque à gagner financier.

On ne le répétera jamais assez : le Qatar ne s’est pas approprié le PSG et n’y a pas fait signer à prix d’or une multitude de stars planétaires pour se contenter de régner en maître sur le football français. Depuis 2012, l’ambition est clairement affichée : remporter la prestigieuse Ligue des champions. Mais depuis 2011, le club parisien se casse les dents en quarts de finale, et même en 8es de finale la saison passée (prenant un 6-1 à Barcelone après avoir gagné 4-0 à l’aller). C’est peu dire que, après tout cela, en termes d’image, une élimination face à un Real Madrid en souffrance, encore en 8es, passerait mal. Mais cette année, l’enjeu revêt un autre aspect, au moins aussi important aux yeux des dirigeants parisiens.

La faute aux 400 millions d’euros dépensés l’été dernier pour recruter Neymar et Kylian Mbappé, qui ont mis le PSG dans le viseur de l’UEFA et de son fair-play financier sanctionnant les clubs dont les dépenses sont supérieures aux revenus. Pour éviter toute déconvenue en fin de saison, Paris doit engranger 80 millions d’euros d’ici au mois de juin. Un montant que des ventes de joueurs aideraient à atteindre. Mais un parcours en Ligue des champions permettrait justement d’éviter d’en arriver là.

L’Équipe, ce lundi, détaille en effet les gains que représenterait une qualification. Une estimation qui comprend quelque 10 millions d’euros rien qu’en revenus billetterie en cas d'éventuel quart de finale où le Parc des Princes serait complètement rempli - notamment les très lucratives loges VIP - et la même somme en droits télévisés pour chaque tour passé. Plus largement, il s’agit aussi de débusquer de nouveaux sponsors, car plusieurs d’entre eux (Citroën, Huawei, PMU...) ont été refroidis par la déconvenue barcelonaise de l’an dernier et ont quitté le giron parisien. 

En outre, le PSG a besoin de s’affranchir de sa dépendance aux sponsorings qataris (Qatar Tourism Authority, Qatar National Bank, Aspetar, Ooredoo…), qui représentent 200 millions d’euros sur les 500 millions générés annuellement. Plusieurs contrats, comme celui avec le sponsor maillot Emirates, doivent d’ailleurs être renégociés à la hausse. Et, pour l’heure, la venue de Neymar ne suffit pas à atteindre l’ambitieux objectif de recettes fixée par la direction, même en incluant le merchandising. Une qualification en quarts, voire en demies, aurait ainsi l’avantage de résoudre la plupart de ces problèmes. À titre d’exemple, l'an passé, Paris avait touché 55,3 millions d’euros après être sorti en 8e de finale. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'élimination du PSG en Ligue des champions

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter