Remonté contre l'arbitrage, Filipe Luis accuse le Barça d'être "protégé"

Football
DirectLCI
COLERE – Réduit à dix après l’expulsion de Fernando Torres en première période, l’Atlético de Madrid avait du mal à digérer les décisions arbitrales de Monsieur Brych, qui a distribué sept cartons jaunes aux Colchoneros. Filipe Luis, le latéral gauche brésilien, accusait le Barça d’être "protégé" par l’arbitrage.

C’est une statistique lourde de sens. Mardi soir, face à l’Atlético de Madrid, le Barça a terminé un match de Ligue des champions en supériorité numérique pour la 30e fois de son histoire suite à l’expulsion précoce de Fernando Torres, qui a récolté deux cartons jaunes largement évitables en l’espace de six minutes. Aucune autre équipe européenne que Barcelone n’a fini autant de rencontres de C1 à onze contre dix. Et forcément, les hommes de Diego Simeone n’ont pas manqué de pointer du doigt les décisions arbitrales de Monsieur Brych qui a distribué sept cartons jaunes en direction des Colchoneros quand le Barça n’en a reçu que trois.

"On voit qu'il y a une peur de voir le Barça éliminé"

Le latéral gauche de l'Atlético Filipe Luis s'en est alors vivement pris au FC Barcelone mardi, accusant le club catalan d'être "protégé" par l'arbitrage après sa victoire en quart de finale aller de Ligue des champions (2-1). "Nous avions bien commencé jusqu'à ce qu'arrive cette expulsion injuste qui conditionne beaucoup le match", a enragé le défenseur brésilien au micro de la chaîne de télévision espagnole Mega après la rencontre. "Je crois que (le Barça) est protégé", a-t-il lancé. "Nous, nous sommes pénalisés avec la plus grande rigueur et cela fait très mal. On voit qu'il y a une peur de voir ce club éliminé. Cela nuit à l'UEFA", a-t-il accusé.

A LIRE AUSSI >>  VIDEO - Le doublé de Luis Suarez qui soulage le Barça

Au passage, le Brésilien a également laissé entendre que Luis Suarez, auteur d'un doublé et impliqué sur plusieurs accrochages avec des adversaires mardi, aurait lui aussi pu être expulsé. "Moi, j'ai été expulsé et crucifié de manière justifiée pour un coup de pied à Messi (NDLR : en janvier 2016 lors de Barça-Atlético). Mais eux, que doivent-ils faire pour être expulsés?", a-t-il ironisé. Quelque chose nous dit que le quart de finale retour à Vicente Calderon mercredi prochain devrait être le théâtre d'un énorme combat physique. Et les cartons vont certainement pleuvoir...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter