René Girard s'en prend au physique de Pierre Ménès, qui lui répond

Football
CLASH - Comme tous les milieux, celui du football cristallise son lot de rancunes et d'inimitiés. La preuve avec la joute verbale qui a opposé, dimanche, l'entraîneur du LOSC, René Girard, et le journaliste de Canal+ Pierre Ménès.

Il n'y a pas qu'à Dallas que l'univers est impitoyable. Celui du football français n'est pas en reste. On a ainsi assisté à une scène surréaliste dimanche soir devant notre écran de télévision. La faute à une prestation indigente en seconde période, Lille venait d'être tenu en échec (0-0) par Montpellier . Et, tout à la fin de la rituelle conférence de presse d'après-match, le coach nordiste a lâché à un reporter qui s'était risqué à critiquer ses attaquants : "Vous n’allez pas faire comme le gros à Canal+, vous n’allez pas vous y mettre aussi."

Le "gros" en question, le journaliste Pierre Ménès, payé pour accorder des bons et des mauvais points footballistiques sur la base de sa propre expertise et de sa gouaille, se trouvait alors sur le plateau du Canal Football Club. À la mi-temps de PSG-Lyon (1-1) , il a tenu à répliquer en direct : "Très bonne éducation. Un exemple pour tout le monde. Après son doigt d’honneur à Schalke... Ce qui vient du caniveau, reste dans le caniveau. Ce n’est pas bien grave."

Girard et Ménès, deux récidivistes

Il faut savoir que ledit journaliste ne goûte que très peu la prudence du LOSC dans son jeu, cette propension à fermer tous les espaces avant d'en chercher en face, et ne se prive pas de le dire à la moindre occasion depuis de nombreux mois. Voici quelques tweets récents qui n'ont sans doute pas manqué d'hérisser encore un peu plus le poil de l'entraîneur visé.
 

Précisons également que René Girard est plutôt du genre sanguin. Après l'épisode évoqué par Ménès dans sa réponse dimanche soir (un doigt d'honneur adressé au banc de Schalke 04 pendant un match de Ligue des champions alors qu'il entraînait encore Montpellier en 2012), le technicien a, par exemple, été expulsé par l'arbitre qu'il venait d'insulter durant le Monaco-Lille (1-1) du 30 août dernier. Deux incidents qui lui ont coûté une suspension de deux matches. Tandis que le dérapage verbal de dimanche ne devrait lui valoir qu'une invitation au Canal Football Club.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter