Rennes : Montanier s'est adapté

Rennes : Montanier s'est adapté

DirectLCI
COUPE DE FRANCE - Opposés à Angers, pensionnaire de Ligue 2, mardi soir, les Rennais ont l'occasion de s'offrir une finale au Stade de France. Pour l'entraîneur Philippe Montanier, il s'agira aussi d'embellir une première saison compliquée en Bretagne.

De quoi soigner ses débuts. Débarqué l'été dernier à Rennes tout auréolé de deux belles saisons à la Real Sociedad, Philippe Montanier a ensuite paru rentrer dans le rang. Victime du "syndrome rennais", ce club, qui n'a plus rien gagné depuis une Coupe de France en 1971, végète dans le ventre mou du Championnat (14e de L1).

A vec un effectif qu’il n’a pu que modifier à la marge lors du mercato hivernal, Montanier doit aussi gérer une attente peut-être trop grande des supporters. Car ses premiers pas au Stade rennais en ont déçu certains, même si, à son arrivée, l’ancien gardien de but, passé notamment par Nantes ou Saint-Etienne, n’avait pas promis la révolution. Parmi les sceptiques,  son prédécesseur, Frédéric Antonetti, qui goûte peu la patte Montanier . "Au-delà du fait qu'il s'est permis de faire mon bilan, je n'aime pas sa communication, il parle trop, nous expliquait en février dernier celui qui est resté au club entre 2009 et 2013. Je trouve qu'on lui accorde beaucoup de crédit par rapport à ses résultats."

"Quand Montanier tente quelque chose et que ça rate, il s'adapte"

Un constat teinté d'amertume que pourrait contredire la demi-finale de Coupe de France de ce soir face à Angers (L2). "S'il parvient à amener Rennes au Stade de France (le 3 mai prochain, ndlr), trophée ou pas, sa première saison sera réussie", explique à metronews Grégory Thil, qui a évolué sous les ordres de Montanier à Boulogne-sur-Mer (2005-2009). Une collaboration marquante pour l'actuel attaquant de Dijon (L2), qui estime n'avoir jamais plus croisé depuis un entraîneur aussi bon.

"Il n'est pas dans l'ego ou la reconnaissance, son truc, c'est le travail, le jeu, son équipe, poursuit Thil. C'est un homme qui a des convictions mais qui n'est pas fermé. Quand il tente quelque chose et que ça ne marche pas, il s'adapte." D'où les atermoiements tactiques depuis le début de la saison et les résultats en dents de scie.

Un temps d'adaptation qui lui a toujours été nécessaire, que ce soit à Boulogne, à Valenciennes ou à la Real Sociedad. "Je ne suis pas du tout inquiet pour la prochaine saison de Rennes, Montanier aura des résultats, affirme encore Thil. C'est un entraîneur capable de réussir partout où il passe." Une finale de Coupe de France ne serait donc qu'une légère avance dans le calendrier de Montanier.

Plus d'articles

Sur le même sujet