"Rien ne permet de donner match perdu à Ajaccio", tranche la LFP, qui suspend tout de même le stade du club corse

DirectLCI
SANCTION - Après les incidents du match de barrage face au Havre, l’AC Ajaccio voit son stade François-Coty suspendu à titre conservatoire. En revanche, la Ligue de football professionnel (LFP) rejette la demande du HAC de donner le match perdu au club corse.

L’AC Ajaccio affrontera bien le Toulouse FC en barrage pour accéder à la Ligue 1, mais le club corse ne disputera pas le match aller dans son stade François-Coty, suspendu à titre conservatoire par la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) ce mardi. "La rencontre se déroulera donc le mercredi 23 mai à 20h45 à huis-clos à Montpellier", précise l’instance dans un communiqué. 

En parallèle, la Commission des compétitions de la LFP a rejeté la réclamation du Havre posée à la fin de la rencontre houleuse de dimanche, visant à donner le match perdu par pénalité à l’AC Ajaccio et donc le match gagné au HAC sur tapis vert. "Rien ne permet de donner match perdu à l’AC Ajaccio. La réclamation technique du HAC concernant la présence au bord du terrain avant la séance des tirs au but de l’entraîneur de l’ACA, M. Olivier Pantaloni, alors même qu’il avait été exclu par l’arbitre, ne constitue pas dans les règlements de la Ligue un fait permettant d’invalider le résultat de la rencontre", argue la LFP, qui précise que "la perte du match est effective uniquement lors de la participation d’un joueur suspendu sur la feuille de match".

Le match, reporté de vendredi à dimanche après le caillassage du bus des Havrais, accueillis à coups de "Français de merde" et "sales arabes" lancés par la foule, a été marqué par des échauffourées entre joueurs et un envahissement du terrain en fin de partie. Ce mardi, le président de l'AC Ajaccio, Léon Luciani, a annoncé son intention de porter plainte contre son homologue havrais, Vincent Volpe, qui a assure avoir été frappé d'un coup de pied en tribune présidentielle, dimanche en Corse. Peu de chance que la sanction qui frappe désormais le club corse suffise à calmer tout ce petit monde. Le Havre, du reste, "poursuit son combat et fait appel" de la décision, a fait savoir le club normand, tandis que le procureur de la République d'Ajaccio a, de son côté, ouvert plusieurs enquêtes, notamment pour injures à caractère raciste et violences en réunion.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter