Russie-France : Didier Deschamps joue au chamboule-tout

FOOTBALL – Pour affronter la Russie cet après-midi (17h50 sur TF1), le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, va changer sept joueurs dans son onze de départ par rapport à celui de samedi face à la Colombie. Avec un trio d’attaque particulièrement surprenant.

L’adage voulant qu’on ne change pas une équipe qui gagne a son pendant inverse, consistant à changer une équipe qui perd. S’agissant de Didier Deschamps, il convient cependant de préciser que le sélectionneur avait initialement prévu d’aligner deux équipes différentes sur les deux amicaux des Bleus du mois de mars. Il voulait ainsi répartir les temps de jeu et voir le plus de joueurs possible en condition de match. Sauf que la défaite de samedi face à la Colombie (2-3) lui a fait envisager, dimanche, de reconduire le même onze, histoire de rétablir la confiance de ses titulaires supposés... 

Une hésitation seulement passagère : la mise en place tactique, effectuée lundi soir à Saint-Petersbourg, où l’équipe de France affronte la Russie ce mardi à 17h50, a montré que le coach est finalement revenu à son idée première, pour ne pas décevoir ceux qui ont peu ou pas joué samedi. Si l’on compare le onze aligné lors de la répétition générale de lundi soir à celui du Stade de France samedi, on constate ainsi l’apparition de sept nouveaux joueurs. Ce qui mérite que l’on s’y attarde quelque peu.

Soulignons, pour commencer, que le turn-over ne s’applique pas aux gardiens, Lloris étant reconduit dans les cages. En défense, seul Umtiti débutera une seconde fois en trois jours, en dépit d’une performance calamiteuse face aux Colombiens. Varane souffrant d’une douleur à la cheville droite, c’est lui qui sera remplacé par Koscielny. Du côté des latéraux, en revanche, on change tout : Hernandez, à gauche, et Pavard, à droite, succéderont respectivement à Digne et Sidibé. L’idée, dans ce secteur, est clairement de faire jouer la concurrence pour sortir ce petit monde de sa zone de confort.

Mais c’est encore au milieu qu’il y a le plus de changements, car le sélectionneur a décidé de renforcer son entrejeu via un autre schéma tactique. En clair : par rapport à France-Colombie, il y aura, lors de Russie-France, un milieu défensif de plus et un attaquant de moins. Exit Matuidi, qui a accumulé trop de fatigue avec la Juventus, et place à Rabiot, qui jouera relayeur au côté d’un Pogba en souffrance en club. Il s’agira, pour ces deux-là, de leur première titularisation avec les Bleus depuis septembre. Derrière eux, Kanté sera toujours là, mais focalisé cette fois sur les tâches défensives, afin de permettre à ses deux compères d’organiser le jeu vers l’avant.

En vidéo

Deschamps sur le match de ce soir : "Un petit parfum de Russie avant d'y être plus longtemps"

En attaque enfin, notons surtout que le coach a choisi de se passer de Giroud… et de Ben Yedder. Ce sera en effet Mbappé qui évoluera à un inhabituel poste de n°9. Une expérimentation indiquant que le sélectionneur fait peu de cas du rôle de doublure de l’attaquant de pointe, et qu’il se prépare à  devoir s’en passer en cours de match durant le Mondial. 


Sur les ailes, on trouvera, ce mardi, Martial côté gauche et Dembélé côté droit. Eux aussi passeront un test crucial, sachant que Coman, Thauvin, Fekir, voire Payet, pourraient revenir dans les petits papiers de "DD" d’ici le 15 mai, date de l’annonce de la liste des 23 mondialistes. Rappelons que ce Russie-France est le dernier match avant cette échéance, qui marquera le véritable début de la préparation.

La composition des Bleus ce mardi

Lloris (cap.) – Pavard, Koscielny, Umtiti, Hernandez – Pogba, Kanté, Rabiot – Dembélé, Mbappé, Martial

Russie-France, en direct à 17h50 sur TF1 et sur notre site.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter