Saint-Étienne-Lyon : Nabil Fekir imite Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, n'en fait-on pas un peu trop ?

Saint-Étienne-Lyon : Nabil Fekir imite Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, n'en fait-on pas un peu trop ?

Football
DirectLCI
FOOTBALL – Pour avoir retiré et montré son maillot aux supporters stéphanois après avoir marqué, Nabil Fekir a déclenché à la fois un envahissement du terrain et une grosse polémique. Il n’est pourtant pas le premier à le faire, mais il est le premier à subir un tel traitement.

Faut-il sauver le soldat Fekir ? Son entraîneur à Lyon, Bruno Genesio, pense que non : "Je trouve ça dommage. La meilleure réponse, c'était de gagner le match. C'est ce que l'on a fait. Ça ne servait à rien d'en rajouter et de provoquer les adversaires... Ça gâche un peu la fête. On n'aurait pas aimé si c'était arrivé chez nous avec un score inverse. Il faut savoir rester modeste. On a le droit de célébrer le but. C'est historique, surtout ici. Mais il ne faut pas faire des choses comme ça... J'espère qu'on pourra profiter de tout ça après." Des "choses comme ça" ? 

Peut-être que ce n'est pas un geste à faire, il y avait 5-0, mais ça reste du football. Ça a mis un peu de piment aussi.Nabil Fekir

Dans un derby toujours houleux entre l’AS Saint-Étienne et l’Olympique lyonnais, Nabil Fekir, après avoir inscrit le 5e but de son équipe, actant ainsi l’humiliation du voisin honni, est allé le célébrer devant les supporters stéphanois, en retirant puis en leur montrant son maillot. Ce qui a déclenché la fureur d’une partie du public, un envahissement du terrain et une longue interruption du match. Ces images d’un cordon de CRS déployé pour protéger les joueurs ont choqué.

Interrogé par Canal+ sur son geste, condamné au même moment sur tous les plateaux télé (puis dans la presse ce lundi matin), l’intéressé a assumé comme il a pu : "C'est vrai, c'est peut-être un geste qui ne leur a pas plu. J'ai célébré mon but comme ça, il n'y avait pas d'arrière-pensée, aucune méchanceté. Peut-être que ce n'est pas un geste à faire, il y avait 5-0, mais ça reste du football. Ça a mis un peu de piment aussi. Est-ce que je m'excuse ? Non, je ne regrette pas."

En vidéo

Quel rôle pour Fekir en équipe de France ? La réponse de Deschamps

Messi, Ronaldo et les autres...

Ce que Nabil Fekir n’a pas dit, c’est que son geste était directement inspiré de Lionel Messi, qui avait fait exactement la même chose l’an passé, en marquant à Madrid contre le Real, rival historique du FC Barcelone. Dans un clin d’œil, Cristiano Ronaldo avait imité l’Argentin en marquant à son tour dans le stade de l’adversaire quelques mois plus tard. Cela a déclenché une sorte de mode, qui a vu Marcelo ou Mauro Icardi reproduire ensuite cette célébration à leur tour. Sans que personne, chaque fois, ne voit autre chose qu’une gentille provocation, dans l’esprit du jeu.

Pourquoi, alors, Nabil Fekir a-t-il eu droit, lui, à une volée de bois vert ? Parce que, dans son cas seulement, le terrain a été ensuite envahi. En est-il pour autant responsable ? La commission de discipline de la Ligue, qui va ouvrir jeudi une instruction sur ce geste, tranchera. Mais, pour mémoire, avant même le coup d’envoi du match, le groupe de supporters des Green Angels avaient déployé une banderole : "Pas de cinéma, ce soir on a la haine"... Exactement comme dans le cas de Patrice Evra et son coup de pied, la responsabilité  des supporters serait-elle minorée ? Alors qu’elle devrait sans doute être partagée.  

Mieux vaut en rire

Ce traitement illustre le désamour, ou du moins l’incompréhension qui persiste entre le public français au sens large et ses footballeurs. Beaucoup de spectateurs, ne voyant des matchs qu’occasionnellement, estiment que le montant des salaires implique un devoir d’exemplarité, voire d’humilité… Tout en se plaignant de l’aseptisation qui en découle, des propos lisses que s’obligent à tenir les joueurs pour s’épargner quelques polémiques. Ce paradoxe alimente ainsi une problématique très française, où l’idée de morale prend le pas sur le caractère puéril, par essence; du sport-roi. Lequel, rappelons le, plaît parce qu’il reste un jeu de cour d’école. Par son geste, non seulement Nabil Fekir n’a fait de mal à personne, mais il a marqué les mémoires et transmis des émotions. N’est-ce pas précisément ce qu’on attend de lui ?

À la boutique officielle de l’Olympique lyonnais, en tout cas, on a choisi d’en rire, en faisant imiter ladite célébration à un mannequin. Preuve que cela n’est pas bien grave. De la même manière, il y a fort à parier que les supporters de Saint-Étienne, ce lundi, en veulent moins à Nabil Fekir qu’aux joueurs stéphanois qui lui ont permis de marquer, puis de célébrer, un 5e but.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter