Samir Nasri ne reviendra pas chez les Bleus, "même si [son] père est sélectionneur"

Football
FOOTBALL - Invité de l'émission J+1 lundi soir, Samir Nasri a réaffirmé son retrait définitif de l'équipe de France, à 28 ans maintenant. L'ancien joueur de l'Olympique de Marseille ne se voit même pas revenir en Ligue 1 un jour, plutôt aux Etats-Unis.

Il y a le retour de Lassana Diarra, bien réel. Celui de Hatem Ben Arfa, à nouveau possible. Mais celui de Samir Nasri, sûrement pas. Le meneur de jeu de Manchester City (6 matchs, 1 but cette saison en Premier League), a répété sa volonté de ne plus jamais revêtir le maillot bleu, un peu moins de deux ans après sa dernière sélection face à l'Ukraine, en barrage de qualification à la Ligue des champions. En août 2014, il avait annoncé sa retraite internationale, alors qu'il n'était âgé que de 27 ans. Et il compte se tenir à cette décision.

EN SAVOIR + >> Nasri annonce sa retraite internationale

"Quand j'ai vu la liste..."

Sur le plateau de l'émission J+1 lundi soir, celui qui compte 41 capes en Bleu (5 buts) est revenu sur son histoire en sélection. "La vraie rupture, a-t-il expliqué, c'est 2012 (après l'Euro où il avait insulté un journaliste, ndlr). Je voulais arrêter mais mon père m'a dit que je devais jouer la Coupe du monde. J'ai essayé d'être bon, j'ai fait une grande saison avec mon club avant la Coupe du monde 2014 (champion d'Angleterre, 7 buts, ndlr), j'avais de très bonnes stats. Ça n'a pas suffi. Sans manque de respect à qui que ce soit, quand j'ai vu la liste et certains qui y figuraient…"

C'est alors qu' Anara Atanes, sa compagne, a enflammé les réseaux sociaux en insultant copieusement le sélectionneur, Didier Deschamps, de qui Nasri aurait aimé avoir une explication qu'il attend toujours, affirmait-il quelques mois plus tard. Toute cette affaire a jeté le discrédit sur un joueur promis au plus bel avenir dès son plus jeune âge, et devenu alors le centre des critiques, relent d'un passé pas si lointain où les termes "équipe de France de football" et "racaille" étaient systématiquement associés.

"Jouer en MLS"

"Même si mon père était sélectionneur, je n'y retournerais pas, a encore déclaré l'ancien Marseillais lundi. J'ai souffert avec la sélection. Au départ, c'était un rêve. C'était après la Coupe du monde 2006. J'apprenais. Rater une Coupe du monde alors que je pense que j'avais le niveau, ça détruit un peu. Je ne suis pas parfait, j'ai des défauts, mais quand on est un grand sélectionneur, on gère les ego."

Lié aux Citizens jusqu'en 2019, l'ancien joueur d'Arsenal savoure sa vie loin de France, un pays qu'il ne pense pas retrouver un jour pour le football. Après sa carrière anglaise, il se verrait plutôt de l'autre côté de l'Atlantique. "Je suis plus dans l'optique de jouer en MLS, de découvrir autre chose que de revenir en France." Une rupture semble-t-il définitive.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter