La "lettre ouverte d'un ballon" un peu lunaire du syndicat des joueurs de foot à François Hollande

POLÉMIQUE - En réponse aux propos rapportés dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça", le président de la République estime notamment que les footballeurs manquent de cours "de musculation de cerveau" et sont des "gosses mal éduqués", l'UNFP, le syndicat des joueurs pro en France, vient de publier un drôle de communiqué.

Rien que le titre, déjà... Forcément choqué par les critiques émises à l'encontre de certains joueurs de foot, et notamment ceux de l'équipe de France, par François Hollande, l'UNFP a dégainé un texte au vitriol, mais quand même un peu déroutant, intitulé : "Lettre ouverte d'un ballon à François Hollande". La plume, amère, y est donc tenue par une gonfle, parlant à la première personne et qui commence ainsi : "J’ai d’abord cru à une bonne blague, comme il m’arrive parfois d’en entendre quand je m’égare dans le vestiaire, l’hiver surtout, pour me mettre au chaud, près des miens". 

Et tout le long de ce texte, parfois plutôt bien tourné, d'ailleurs, ce fameux ballon explique combien il est déçu par les positions du chef de l'État, lui qui était bien content de poser avec des footballeurs "pour la postérité sur le perron de Clairefontaine ou sur celui de votre Palais (l'Élysée)". Ainsi, tout y passe, la difficulté "à gouverner un peuple de sans-dents", les promesses électorales comparées à des... ballons de baudruche qui "s’envolent au premier vent" ou encore une allusion au casque, "comme… les Daft Punk", que le président portait pour ses visites espérées secrètes à Julie Gayet. 

Leurs ballons ne sont pas comme autant de baudruches, qui ornent les salles de vos meetings et qui, comme vos promesses, s’envolent au premier vent"Le ballon de l'UNFP

On trouve même dans cette lettre une comparaison avec Pierre Poujade, puisqu'à la manière du chantre du "poujadisme" (une idéologie politique souvent résumée au "conservatisme de petits-bourgeois"), toujours selon l'UNFP, "vous (François Hollande) sprintez jusqu’à l’aile gauche du terrain que vous fouliez autrefois et, dans le plus bel élan populiste que vous dénoncez pourtant chez vos adversaires, vous voilà débordant, mais lentement, de critiques contre les nantis, les privilégiés, rejoignant ainsi ceux qui pensent que les footballeurs, qui n’ont pas fait d’études, gagnent trop d’argent. Et de l’argent facile puisqu’il suffit de taper dans un ballon…" 

La lettre est conclue par un "Aïe !", sans doute de rigueur vu  les coups et les critiques qui pleuvent sur la présidence depuis la publication des extraits du très justement nommé ouvrage "Un président ne devrait pas dire ça".

Les confessions de François Hollande décryptée

En vidéo

"Un président ne devrait pas dire ça" : les confessions de François Hollande décryptée

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les confidences de François Hollande

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter