Scandale à la Fifa : Les champions du monde 98 montent au créneau

Scandale à la Fifa : Les champions du monde 98 montent au créneau

DirectLCI
SCANDALE – Alors que des soupçons de corruption ont frappé de plein fouet la Fifa la semaine dernière, la réélection de Sepp Blatter à la tête de l'instance a provoqué l'ire de Christophe Dugarry et Franck Leboeuf au contraire de Christian Karembeu...

Si Sepp Blatter a été réélu pour un cinquième mandat vendredi dernier à Zurich et quasiment plébiscité (133 voix contre 73 pour son adversaire, le prince Ali), le dirigeant suisse concentre beaucoup d'avis négatifs. De nombreuses voix s'élèvent aux quatre coins du globe pour s'indigner contre le président de la Fifa, en poste depuis 1998. Notamment en France. Le champion du monde 98, Christophe Dugarry, a pointé du doigt la gérance de l'institution mondiale tout en remettant en cause le rôle de Michel Platini, président de l'UEFA: "Ça fait 20 ans que Michel Platini travaille avec Blatter et il est étonné ! Il dit : "Il faut qu’il parte ! C’est scandaleux !" C’est ce qui me fait rire. Maintenant, les masques tombent" a martelé l'ancien Bordelais sur RMC.

Karembeu: "On ne peut pas tout gérer du haut de la pyramide"

Franck Leboeuf abonde en ce sens et vise particulièrement Noël Le Graët, à la tête de la FFF, qui a voté en faveur de Sepp Blatter, surtout en raison de l'attribution de la Coupe du monde féminine à la France en 2019: "On a le droit de se désolidariser d’une corporation qui ne fonctionne pas. On a le droit de dire qu’on n’est pas d’accord si c’est le cas. C’est une erreur de communication. C’est à regretter parce que je ne vois pas ce qu’il y a à défendre. Ce n’est pas parce qu’on te file une Coupe du monde 2019 pour les femmes que… sinon on n’est plus en démocratie".

A LIRE AUSSI
>> Tout ce que vous devez savoir sur l'affaire >> Jérôme Valcke, lui aussi visé par la justice américaine

Mais une voix défend tout de même Blatter. Celle de Christian Karembeu qui trouve des circonstances atténuantes à l'homme fort de l'organe du football. "C’est un sujet polémique, trouble. On ne peut d’ailleurs pas tirer de conclusion puisque l’enquête du FBI est en cours. C’est malheureux de voir qu’il y a autant de scandales mais il faut expliquer que l’industrie du sport est multiple. On ne peut pas tout gérer du haut de la pyramide". Des propos au premier abord tendancieux mais finalement logiques lorsqu'on sait que l'ancien joueur du Real Madrid est ambassadeur pour la FIFA en Océanie...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter