Schneiderlin-Mandanda, de l'ambition chez les Bleus, mais pas trop

Football

BLEUS - L'un est numéro 2 dans la hiérarchie des gardiens, l'autre toujours appelé depuis le dernier Mondial, mais aucun des deux ne revendique trop de choses. Steve Mandanda et Morgan Schneiderlin font partie des hommes en forme au sein de l'équipe de France, réunie à Clairefontaine. Mais ils assurent se contenter de ce que leur offre le sélectionneur : un statut de doublure.

14 octobre dernier, stade Républicain d'Erevan. L'équipe de France s'impose en Arménie (3-0) pour le deuxième match amical du mois avec une équipe remaniée. Parmi les titulaires, deux hommes généralement cantonnés au banc : Steve Mandanda (29 ans, 18 sélections) et Morgan Schneiderlin (25 ans, 6 sélections). Face à l'Albanie, vendredi, ils devraient retrouver la banquette. Même s'ils constituent des alternatives en qui Didier Deschamps a une confiance totale.

Mandanda a pris du recul

Pour le gardien, c'était peu évident il y a encore un gros mois. De retour d'une blessure aux cervicales qui l'avait privé de la Coupe du monde, Mandanda voyait son statut de numéro 2 menacé par Stéphane Ruffier. Finalement conforté, le Marseillais avait suppléé avec brio Hugo Lloris, forfait pour les deux matches amicaux, repoussant notamment une tête de Cristiano Ronaldo à bout portant. Comme si, boosté par un début de saison réussi avec l'OM, leader de Ligue 1, il était meilleur que jamais et toujours en progression.

De quoi remettre en cause le statut de titulaire de capitaine Lloris, seulement 12e de Premier League avec Tottenham? Le gardien formé au Havre, titulaire chez les Bleus jusqu'en octobre 2009, n'y pense même pas. ''J'ai été content d'avoir participé aux deux rencontres, qu'elles se soient bien passées, mais j'ai toujours été numéro 2, j'ai appris à relativiser, a-t-il expliqué mardi. J'ai passé ce cap où je me prenais la tête avec ça. Je préfèrerais jouer, oui, mais les faits sont là : je suis numéro 2.'' Didier Deschamps, ravi que son gardien bis ''ait retrouvé son meilleur niveau'', n'hésite pas non plus. Pour lui, son capitaine est incontournable.

Schneiderlin pas à pas

Prudent oui, mais résigné pas du tout. A 25 ans, Morgan Schneiderlin a déjà gravi de nombreux échelons, depuis la troisième division anglaise avec Southampton jusqu'au Mondial avec les Bleus l'été dernier. ''Et le fait d'avoir joué la Coupe du monde m'a psychologiquement libéré et m'a donné confiance en moi, je le sens en club'', s'est réjoui l'Alsacien ce mardi. Révélation de la saison passée, le milieu de terrain relayeur confirme depuis septembre. ''Je savais qu'il y aurait plus d'attentes à mon sujet, ça m'a encouragé à travailler plus'', dit-il.

De quoi lui offrir de nouvelles perspectives en sélection. ''Je ne peux pas me considérer comme un habitué, tempère-t-il, mais mon attitude a changé par rapport à ma première convocation. Il y a plus de confiance, je connais mieux les joueurs. Maintenant, je vais essayer de me libérer un peu plus lors du prochain match. Je sais que mes performances sont correctes, mais je suis capable de faire mieux.'' Il devrait avoir l'occasion de le montrer lors des deux rencontres à venir. Car lui n'est pas encore résigné à une place de second couteau.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter