"S’il y avait eu une table de ping-pong, j’aurais fait un ping-pong" : Labrune ironise sur la polémique du billard

Football

LIGUE 1 – Muet depuis plus de deux semaines, Vincent Labrune est sorti de son silence ce lundi soir au micro de RMC, quelques heures seulement après le nouveau match nul de l’OM contre Bordeaux (0-0). Il en a notamment profité pour revenir sur la polémique de la fameuse partie de billard disputée dans un des salons présidentiels. Menacé par les supporters présents au stade Vélodrome dimanche soir, le président du club marseillais affirme ne pas "avoir peur" malgré le contexte très tendu.

"Laburne out", "Vincent Labrune El Tocardo", "Dirigeants cassez-vous". Dimanche soir au stade Vélodrome, le président de l’Olympique de Marseille a fait l’objet de nombreuses banderoles déployées par les supporters de l’OM lors du nouveau match nul des hommes de Michel contre Bordeaux (0-0). Insulté à plusieurs reprises au cours de la rencontre, ainsi que sa famille, Vincent Labrune a ensuite passé la fin de soirée dans un des salons présidentiels de l’enceinte phocéenne au cours de laquelle il a organisé… un tournoi de billard afin de ne pas croiser les fans marseillais présents à l’extérieur du stade. Un geste pour le moins désarmant sur lequel le président de l’OM est revenu lundi soir sur RMC .

"Je comprends que, médiatiquement, le coup du tournoi de billard soit mal perçu. Mais il faut se mettre à ma place. A ce moment-là, on est dans un état de stress, on vient de frôler l’émeute, des policiers de la BAC me protègent avec la main sur leur pistolet, tous nous ordonnent de rester confinés dans le salon jusqu’à au moins 2h du matin et j’ai avec moi une dizaine d’amis ou de collaborateurs, explique-t-il. Alors, deux solutions : je cède à la panique ou je prends la situation au second degré pour envoyer un message de sérénité à mes équipes et leur dire : "Bah vous savez ce qu’on va faire ?! On va faire une partie de billard".

"Vous voulez quoi ? Que je me suicide ? Que je me tranche les veines ?"

Une petite blague qui a évidemment déplu aux supporters de l’Olympique de Marseille, de plus en plus fatigués et agacés par la gestion sportive de Vincent Labrune. Quoi qu’il en soit, ce dernier assume entièrement son initiative. "Oui, je l’assume à 100%. C’est un moyen de dire : "On nous attaque, on nous menace, on nous insulte. Mais mon seul message, c’est que je n’ai pas peur !" Vous voulez quoi, que je me suicide ? Que je me tranche les veines ? Il y a une table de billard dans ce salon, où on est tous confiné ! S’il y avait eu une table de ping-pong, j’aurais fait un ping-pong. En plus je déteste le billard !", a-t-il lancé au micro de RMC.

Aujourd’hui désavoué par Margarita Louis-Dreyfus, Vincent Labrune, qui entretient également des relations fraîches avec Michel, paraît bien esseulé dans un navire marseillais plus que jamais en passe de couler. Mais le président de l’OM fait front. Tant bien que mal. "On essaye de faire croire que je m’en fous ? Personne n’est à ma place et personne ne peut se rendre compte de ce que je vis à Marseille. Le mec qui se fait taguer sa maison, menacé de mort et insulté, c’est moi et personne d’autre. Et les menaces contre ma femme et ma famille, je ne peux pas les accepter. Mais je le répète, je n’ai pas peur."

A LIRE AUSSI >> "Margarita, retourne à ton vrai métier, femme au foyer", la banderole sexiste des supporters de l'OM

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter