Sochaux, un retour incroyable pour un fol espoir de maintien

Sochaux, un retour incroyable pour un fol espoir de maintien

DirectLCI
ESPOIR - Avant-dernier à la trêve avec 11 petits points, Sochaux a désormais son destin en main : une victoire face à Evian, samedi, lui assurerait son maintien. Ou comment le collectif doubiste, sous la houlette de son sorcier Hervé Renard, est en passe de réussir un retour auquel seul l'entraîneur croyait.

''Never give up''. Ne jamais renoncer. Voilà le petit bout de phrase accroché dans le vestiaire sochalien par Hervé Renard, l'entraîneur, débarqué début octobre après la démission d'Eric Hély. Guère original mais déterminé, celui qui a mené la modeste Zambie au sommet du continent africain n'a eu de cesse de répéter à ses joueurs d'y croire, de les cajoler toute la semaine pour leur aboyer dessus chaque week-end, chaque minute. Et brandissait toujours, face aux médias, la date du 17 mai, soit la dernière journée de Championnat, lors de laquelle il espérait pouvoir jouer son maintien.

Rêveur pour certains, fou pour les autres, Hervé Renard est en train de réussir son pari. Parce qu'il a su peaufiner des Lionceaux bien inoffensifs jusque-là, en y apportant sa touche personnelle. Les deux Zambiens arrivés, Sunzu et Sinkala, se sont adaptés à vitesse grand V. Yohan Pelé, qui n'avait plus humé la pelouse depuis plus de deux ans, s'est mué en ange gardien d'une équipe à qui tout réussit, entre poteaux et arrêts du bout des gants. Et même Jordan Ayew, tellement moqué par la France pour ses piètres performances avec Marseille, est devenu un buteur redouté dont l'émotion, à chaque but, témoigne de la mission dont il se sent investi.

Roudet : ''Les Français aiment bien les contes de fée''

''On ne se rend pas trop compte de ce qu'on fait'', avoue Sébastien Roudet, maladroit gaucher devenu parfait distributeur de centres. Qui rêve d'un dénouement heureux, samedi prochain, dans un stade Bonal plein jusqu'aux cintres. ''Les Français aiment bien les contes de fée. A nous de rendre les gens heureux.'' Pour cela, il suffit aux Doubistes, qui avancent sur un rythme de prétendant à l'Europe depuis février, de gagner face à Evian-Thonon-Gaillard pour doubler les Savoyards sur le fil et disputer une quatorzième saison de suite en Ligue 1. ''On s'est donné les moyens de parvenir à cette finale que le coach nous avait rabâchée'', se félicite encore Roudet.

Le coach justement. Sourire XXL et émail apparent, Hervé Renard avait tout du gars sûr de lui, fier de ses hommes. Mais loin d'en rajouter. Rappelant ''l'espoir'' qui a habité son équipe, jurant qu'il n'y a ''rien de sorcier'' en lui, il a fixé, à nouveau, rendez-vous au 17 mai, ce fameux soir où tout peut, où tout doit basculer. ''Si on n'est pas capable de le faire là, c'est qu'on ne le mérite pas. Le plus dur, conclure, reste à faire.'' Face à des Évianais bien décidés à sauver leur peau, eux aussi. ''Comme je le fais de temps à autres, je vous conseille de mettre une pièce sur l'ETG'', a malicieusement lancé Pascal Dupraz, l'entraîneur savoyard, lui aussi réputé pour sa personnalité entière. Le conte de fées fera obligatoirement un déçu.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter