Son coup de boule sur Thiago Motta, Brandao l'a "regretté tout de suite"

Football
FOOTBALL - Des excuses pour clôturer le dossier. Alors qu'il a appris jeudi qu'il serait bien suspendu six mois en L1, Brandao en a profité pour présenter, enfin, des excuses officielles après son coup de tête à Thiago Motta.

Il n'avait pas encore vraiment communiqué sur l'affaire, c'est désormais chose faite. Dimanche soir, à l'occasion d'une interview diffusée sur Canal +, Brandao a pu présenter ses excuses à de nombreuses personnes. Coupable d'un violent coup de tête sur le Parisien Thiago Motta, en août dernier après la fin du match PSG-Bastia, l'attaquant brésilien du club corse est enfin sorti de son mutisme.

LIRE AUSSI >> Affaire Brandao : la FFF confirme les six mois de suspension

"J’ai voulu attendre, j’ai gardé mes explications pour la Ligue et pour la justice. Maintenant je veux m’expliquer devant tout le monde", s'est-il d'abord justifié, trois jours après la confirmation de sa suspension de six mois en Ligue 1.

"Je regrette mon geste. Je l’ai regretté tout de suite. Je veux présenter mes excuses. Je suis un joueur professionnel et je dois montrer l’exemple pour les enfants, les spectateurs, et tous ceux qui aiment le sport. Je suis conscient de mon geste, et je m’excuse aussi après de tous les éducateurs, et tout ceux qui ont vu mon geste", a enchaîné le joueur de 34 ans, sans bien sûr mentionner Thiago Motta dans la liste des personnes concernées et sans jamais oser parler de "coup de tête", préférant répéter le mot "geste" évidemment moins connoté...

"Non, je ne veux pas quitter la France"

Adoptant un discours de circonstance, forcément travaillé avec un conseiller, l'ancien avant-centre de l'OM et Saint-Etienne a toutefois dû aborder le sujet de sa fuite, laquelle avait succédé son fameux coup de boule. "Je ne voulais pas me battre avec lui, a-t-il juré, mais j’ai été dépassé par mon geste et je suis parti." En somme, Brandao aurait entraîné Thiago Motta dans un couloir du Parc des Princes pour qu'ils se calment et non "pour le frapper" après avoir été "insulté pendant tout le match".

Affirmant avoir tout de même une bonne image en France ("je mouille le maillot, je suis un guerrier, je ne lâche rien sur le terrain et tout le monde me connait comme ça"), celui qui est suspendu jusqu'en février et actuellement blessé ne compte pas quitter le championnat tricolore : "Pour l’instant je ne veux pas quitter la France. C’est un pays qui m’accueille très bien, j’ai un passeport français, je suis très heureux ici et je passe de bons moments en France." Brandao devra attendre quelques mois avant d'en repasser des nouveaux...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter