Stade Vélodrome : La mairie de Marseille propose un compromis

Football

FOOTBALL - En annonçant jeudi qu'il ne disputerait pas son premier match de L1 à domicile au Stade Vélodrome, l'OM a fait réagir la mairie de Marseille à vitesse grand V. Celle dernière a d'emblée reculé sur ses prétentions financières et proposé une diminution du loyer.

Il n'aura pas attendu longtemps la réponse du camp adverse. Jeudi, en prévenant qu'il ne paierait jamais le loyer désormais réclamé par la mairie de Marseille pour le Stade Vélodrome, l'OM a provoqué la réaction éclaire de la municipalité phocéenne. Dans la soirée, le Maire Jean-Claude Gaudin a ainsi relayé sur sa page Facebook la contre-proposition de la Ville .

Une nouvelle offre plus avantageuse pour l'OM et qui prendrait exemple "sur les conditions de mise à disposition" du Grand Stade à Lille. "Ces conditions prévoient 5 millions d’euros de part fixe, une part variable de 20% déclenchée à partir de 17,5 millions de billetterie et l’application de la taxe sur les spectacles à hauteur de 8%", explique la Ville de Marseille via le fameux communiqué.

"On estime que ce sont des propositions qui ne sont pas inacceptables, estime pour sa part l'adjoint au Maire Roland Blum, joint par l'AFP. Le stade de Lille fait 50 000 places, contre 67 000 pour le Vélodrome. On comprend donc mal cette position de l’OM", conclut-il comme s'il savait déjà que le club phocéen refuserait bientôt la nouvelle proposition.

Plus cher de jouer à Montpellier

Celle-ci s'accompagne quoi qu'il en soit d'une diminution conséquente du prix de la location, quelques 10 millions d'euros étant initialement réclamés pour utiliser ce Stade Vélodrome fraichement rénové en vue de l'Euro 2016. La mairie avance par ailleurs deux autres arguments pour réussir dans sa volonté de trouver un accord avec le club.

Selon elle, le prix du loyer initialement proposé (et désormais revu à la baisse) est moins élevé que le coût d'un déplacement à Montpellier (organisation, perte de billetterie et déplacements). La municipalité estime à 1,1 million d'euros la somme à payer lors de cet événement organisé à la Mosson, confrontant ce tarif aux 381 000 euros demandés par match depuis le vote du Conseil Municipal du 30 juin dernier. L'idée, pour Jean-Claude Gaudin et consorts, est bien évidemment de souligner le comble d'une telle situation même s'ils ont probablement conscience qu'il s'agit d'une démarche symbolique qui n'a pas forcément vocation à perdurer.

La Ville écrit par ailleurs que "l 'Olympique de Marseille est le patrimoine de tous les Marseillais, et ses dirigeants doivent prendre en compte cette dimension essentielle du club sportif dont ils ont la responsabilité au nom de la ville toute entière. " Un argument stratégique afin de mettre les supporters de son côté, lesquels sont pour le moment les grands perdants dans cette histoire.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter