Trophée des champions : pourquoi l'OL peut y croire face au PSG

Football
EXHIBITION - Alors que le PSG et l'OL s'affrontent ce samedi soir (20h45) en Autriche, lors du traditionnel Trophée des champions, le club rhodanien entend bien bousculer la hiérarchie dans l'Hexagone cette saison. Voici quelques raisons d'y croire... pour ce match.

A chaque fois que le Paris Saint-Germain a été sacré champion de France ces dernières années, il a remporté quelques mois plus tard le fameux Trophée des champions (2013, 2014, 2015). En temps normal, ce match de "gala" oppose le vainqueur de la Ligue 1 au vainqueur de la Coupe de France mais ces deux dernières saisons, le PSG a remporté les deux compétitions. Il doit, de fait, défier le deuxième du Championnat de France et, comme l'an passé, c'est l'Olympique Lyonnais qui s'y colle. Avec cette fois-ci une pointe d'espoir en plus.  

 Le PSG sans grand 9
Cet été est celui du renouveau à Paris. Nasser Al-Khelaïfi, le président qatarien du club, l'a répété à plusieurs reprises : le PSG sera cette saison marqué par un collectif de footballeurs aguerris avant d'être une vitrine de vedettes. Par exemple, la figure de proue de cet ancien Paris, Zlatan Ibrahimovic, n'a pas été prolongée. Dans la même idée, le combatif Edinson Cavani s'est vu attribué un rôle majeur en pointe du 4-2-3-1 d'Unai Emery. Petit bémol, l'Uruguayen est blessé et forfait pour affronter Lyon samedi. Sans l'ancien Napolitain ni "Ibra", donc, le quadruple champion de France en titre apparaît moins puissant offensivement que la saison passée. Par ailleurs, le transfuge du Real Madrid, Jesé Rodriguez, n'est pas encore prêt, tandis que les solutions Jean-Kevin Augustin et Hatem Ben Arfa sont a priori moins inquiétantes pour la défense des Gones qu'un Cavani en forme. C'est déjà ça de pris. 

 Cette fois-ci, Fekir sera là
Autre petit motif de satisfaction pour les Gones : Nabil Fekir fait partie du groupe olympien communiqué ces dernières heures. La saison passée, le créateur rhodanien avait manqué le match pour cause de suspension et ce malgré les requêtes d'Aulas auprès du PSG pour bénéficier d'une dérogation. En vain. A l'époque, l'attaquant tricolore sortait d'une saison fabuleuse et marchait sur l'eau. Un an plus tard, il se remet doucement d'une terrible blessure (rupture du ligament croisé du genou droit) qui l'a tenu éloigné des terrains pendant de nombreux mois. Ce duel face au PSG aura valeur de premier vrai test pour Fekir et pour l'OL quant à leurs ambitions respectives. Si sa condition physique n'est pas trop éloignée de celle qu'il avait avant sa blessure, le joueur de 23 ans pourrait être d'une grande aide au collectif de Bruno Génésio. 

 L'OL sait comment battre Paris
C'est une lapalissade: aucun club en Ligue 1 ne peut rivaliser avec le PSG. Le club détenu par des milliardaires qatariens depuis l'été 2011 bénéficie d'une puissance économique bien supérieure à celle de tous ses adversaires. Le club francilien reste sur deux triplés à l'échelle nationale* et on voit mal comment la courbe pourrait s'inverser dans un avenir proche. Cela étant dit, l'espoir n'est pas interdit sur un seul match et l'Olympique Lyonnais fut d'ailleurs le premier club à faire tomber la troupe de Thiago Silva la saison passée en Championnat (victoire 2-1 au Parc OL). Lors de cette 28e journée, le titre était certes quasiment dans la poche des Rouge et Bleu, déjà, mais ces derniers visaient une saison sans la moindre défaite. L'ultra motivation affichée par les Lyonnais, le réalisme de Maxwel Cornet ou encore la vista de Sergi Darder permirent de terrasser le temps d'une soirée l'ogre parisien. Elle n'est pas facile à réaliser, mais l'OL connaît une bonne recette pour dominer Paris. Réponse ce samedi.

*On ne parlera pas de "quadruplé", ce fameux Trophée des champions n'ayant pas la même portée qu'un titre ayant été acquis à l'issue de plusieurs matches

A LIRE AUSSI
>> "L'excès d'argent tue l'aléa sportif", Aulas allume le PSG avant le Trophée des champions
>> Mercato PSG : une porte de sortie au Bétis pour Stambouli ? 
>> 
PSG : Alphonse Areola ou Kevin Trapp, Unai Emery a tranché

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter