Un amical Algérie-France bientôt organisé ? L'envie est partagée mais ce n'est pas (encore) fait

Football

(IM)POSSIBLE - Souhaité depuis longtemps par Noël le Graët, un match amical entre l'Algérie et la France pourrait avoir lieu en 2020. 18 ans après la seule rencontre entre les deux pays, marquée par les sifflets contre la Marseille et l'envahissement de la pelouse, les deux camps sont prêts à renouer. Reste que le projet a peu de chances d'aboutir à court terme.

Le 6 octobre 2001, la France et l'Algérie s'affrontent dans un Stade de France plein à craquer. Alors que les Bleus de Zidane mènent 4-1 face à des Fennecs qu'ils rencontrent pour la première fois de leur histoire, le match "amical" tourne à la Bérézina. À l'entame du dernier quart d'heure, la pelouse de l'enceinte dyonisienne est envahie pacifiquement par des vagues successives de supporters algériens. Dans un tel contexte, l'arbitre décide que la rencontre ne reprendra pas. De ce match voulu et pensé pour contribuer au rapprochement de deux peuples, à l'histoire marquée au fer rouge par la colonisation et la guerre d'indépendance, il ne reste aujourd'hui qu'un souvenir amer et les sifflets contre la Marseillaise. 

Dix-huit ans après, les routes des champions du monde et d'Afrique pourraient se recroiser dans les mois à venir. Tout est venu d'une question posée mardi 3 septembre à Djamel Belmadi. Le sélectionneur algérien - auteur du but des Fennecs ce fameux soir d'octobre 2001 - s'est dit favorable à la tenue d'un tel match. "On peut largement l'envisager. Ce serait un match de prestige, avec une équipe doublement championne du monde. C'est déjà ça que je regarde, sur le plan sportif", a-t-il indiqué aux journalistes. "Après, vous savez que cette confrontation avec l'équipe de France est lourde d'histoires. Donc pour tout ces éléments, cela m'a l'air très intéressant de pouvoir jouer un jour contre eux. Voyons quand nous pouvons organiser ça..."

Un projet qui ne date pas d'hier

Symbolique en raison de l'histoire commune entre les deux pays, l'idée d'un France-Algérie ne déplaît pas à Noël Le Graët. En poste depuis le 18 juin 2011, le patron de la Fédération française de football (FFF) n'a cessé de faire part de son projet d'organiser un tel match "avant la fin" de son mandat, qui expire en 2020. Une volonté renforcée par l'annulation en 2009 d'un Algérie-France car les Bleus avaient été contraints de disputer un barrage de qualification pour le Mondial 2010 aux mêmes dates. Des discussions s'étaient tenues en ce sens avec son homologue algérien, Kheïreddine Zetchi, en marge de l'inauguration de l'exposition "Football et monde arabe" à l'Institut du monde arabe à Paris en avril dernier. "Je trouve anormal que deux pays amis ne puissent pas se rencontrer", argumentait d'ailleurs Le Graët sur la chaîne L'Équipe en juillet. 

Voir aussi

Pour autant, de l'aveu du président de la 3F, la tenue d'une telle rencontre à court terme relève quasiment de l'impossible. "Je veux que le match se tienne là-bas, car la France a déjà accueilli l'Algérie en 2001, mais nous n'avons jamais obtenu les autorisations en termes de sécurité. On a l'impression que c'est le seul pays où l'équipe de France ne peut pas jouer", a-t-il regretté auprès de France TV sport. "Le projet n'avance pas et j'ai peur que le match n'ait pas lieu avant la fin de mon mandat." Et si des retrouvailles entre les champions du monde et les vainqueurs de la CAN semblaient se dessiner, au plus tard, lors de la Coupe des Confédérations en 2021, la Fifa a tué l'espoir dans l'œuf en supprimant la compétition internationale.

Le devoir de l'équipe de France est de se déplacer en Algérie.- Noël Le Graët

Toutefois, si les conditions venaient à être réunies dans un futur proche, les Bleus seraient plutôt enthousiastes à l'idée de jouer ce match. "On n'en a pas parlé entre nous, les joueurs", a prévenu Raphaël Varane au lendemain de France-Albanie (4-1). "Le président est pour. Pourquoi pas ? Nous on est prêts. On jouera ce genre de matches avec plaisir." 

De nouveau interrogé à ce sujet ce mardi 10 septembre, Noël Le Graët a d'ailleurs répété sa volonté : "Depuis que je suis en place, je veux aller en Algérie. C'est le seul pays qu'on ne rencontre pas. Il est temps de faire ce match. Je vais me déplacer le plus rapidement possible pour voir dans quelles conditions on peut l'organiser. Pour les amicaux, on prend les décisions tout seul habituellement. Mais c'est un match tellement important que l'accord politique est nécessaire. En tout cas, le devoir de l'équipe de France est de se déplacer en Algérie." Près de vingt ans après le fiasco de Saint-Denis, ce n'est donc pas l'envie qui manque. Il ne reste qu'à se mettre d'accord une bonne fois pour toutes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter