Un Marseille à réaction

Un Marseille à réaction

DirectLCI
FOOTBALL – Face à une équipe de Sochaux aux deux visages, Marseille a arraché le match nul au Stade Bonal (1-1) dans les dernières minutes de jeu. Un nul qui n’arrange personne.

Florian Thauvin est au corner. Jusque-là, tous les coups de pied arrêtés, comme les centres ont terminé dans les (grands) bras de Yoann Pelé. Le ballon s’élève, Lucas Mendes reprend d’une tête piquée. Pelé détourne du pied, Ayew tente de faire franchir la ligne au cuir, Faussurier et Marange se gênent, Nkoulou surgit. Marseille vient d’égaliser face à Sochaux (1-1) et s’évite de basculer corps et âme dans la crise.

Pourtant, malgré les appels à la réaction et à l’unité, les Marseillais débutent le match en se faisant bouger dans tous les coins du terrain. Et surtout sur les côtés où Sébastien Corchia et Sébastien Roudet rentrent comme dans du beurre et enchaînent les centres. Les Marseillais arrivent même à se faire surprendre par un but de la tête de Sunzu (24e). Un joueur qui vient de marquer cinq buts du crâne, et que tout le monde a identifié comme le danger numéro un de Sochaux sur des coups de pied arrêtés.

Marseille loin de l'Europe, Sochaux du maintien

En seconde période, les Marseillais reprenaient la direction du jeu. Plus aidés par la baisse de niveau physique des locaux, qu’un regain de puissance des sudistes. L’entrée de Florian Thauvin offrira un peu plus de rythme, alors que le replacement d’Ayew dans l’axe un peu plus de stabilité. Même de l’envie revient dans le camp de l’OM. Reste à trouver le chemin jusqu’aux pieds ou le crâne de Gignac. Mission impossible ce samedi.

Même les supporters des Marseillais perdent patience. Les trois quarts du parcage phocéen a passé la moitié de la seconde période dos au jeu pour protester contre le niveau technique proposé. Ils n’ont donc pas vu le but de Nicolas Nkoulou qui ne change pas grand-chose à la situation de l’OM qui voit l’Europe toujours de loin. Elle change en revanche tout pour Sochaux qu’une victoire aurait rapproché du maintien et que ce nul rejette dans une situation très précaire. 

Plus d'articles

Sur le même sujet