Un RC Lens en pleine croissance

Un RC Lens en pleine croissance

Football
DirectLCI
COUPE DE FRANCE - Entre le 2e de Ligue 1 et le 2e de Ligue 2, l'affiche est a priori inégale. Sauf que le RC Lens, invaincu depuis le 8 février, n'est pas le premier club de L2 venu. "C'est déjà une équipe de Ligue 1", assume même le coach monégasque Claudio Ranieri. Explications.

"Monaco, c'est plus que la cerise sur le gâteau, c'est le gâteau entier !" Quand la plupart des présidents de Ligue 2 auraient grimacé, Gervais Martel affichait, lui, des yeux gourmands en apprenant que son équipe affronterait le 2e de L1 en quart de finale de la Coupe de France. Le président du RC Lens, impatient à l'idée de retrouver l'élite la saison prochaine, rêvait de ce nouveau coup de projecteur, après avoir éliminé l'OL (1-2 a.p) au tour précédent . L'ironie de l'histoire, c'est que le club sang et or, racheté en juillet dernier par Hafiz Mammadov, un mystérieux investisseur venu d'Azerbaïdjan, se retrouve opposé, mercredi soir, à une ASM renforcée à coups de millions d'euros par son nouveau propriétaire russe. Précisément la trajectoire qu'il aimerait épouser.

Car les stars débarquées en masse en début de saison ont vite fait oublier que les Monégasques évoluaient en L2 un an auparavant. La grande différence, c'est que l'étendue et l'origine de la fortune de Mammadov restent inconnues à ce jour. L'homme s'est d'ailleurs très peu rendu à Lens depuis qu'il en est devenu l'actionnaire majoritaire. Mais cela n'empêche pas le club d'espérer des investissements plus conséquents dans les prochains mois. "On verra si le Père Noël passera. D’abord, il faut monter en Ligue 1. Après, nous pourrons fantasmer", résumait dimanche Ala-Eddine Yahia.

Le défenseur international tunisien, arrivé dans le Pas-de-Calais en 2008 et resté malgré la relégation en 2011, symbolise d'ailleurs assez bien le statut de privilégié de la L2 du RC Lens. Le même qu'avait Monaco l'an passé. L'entraîneur lensois Antoine Kombouaré prévoit même de faire tourner mercredi soir. "Il y a de plus en plus de concurrence dans mon effectif. Et ça, c’est bien", s'est-il félicité mardi en conférence de presse. Avant d'annoncer qu'il maintiendrait, en dépit de l'enjeu, sa confiance à son habituel gardien remplaçant, Rudy Riou, titulaire jusque-là dans les matches de coupe. Exactement comme procéderait le coach d'un grand club de L1.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter