Un supporter toulousain porte plainte contre les chants hostiles et homophobes des supporters de l’OM

Un supporter toulousain porte plainte contre les chants hostiles et homophobes des supporters de l’OM
Football
DirectLCI
FOOTBALL - Un supporter du Toulouse Football Club a porté plainte pour menaces de mort homophobes après le match TFC-OM du 8 janvier en Coupe de France (1-2 a.p.), où des supporters marseillais avaient scandé des slogans hostiles.

Difficile d’appréhender les chants de supporters. Le 12 décembre dernier, le community manager du PSG s’était fait taper sur les doigts parce qu’il avait jugé bon de poster sur le compte Twitter du club, suivi par 4 millions d’abonnés, une vidéo où l’on entend les Ultras parisiens entonner "les Niçois, c’est des pédés". Plus largement, nombre de fans de foot se sont retrouvés dans une situation où ils ont pu, par amusement, insulter un joueur ou un arbitre, avant de se retrouver bien mal à l’aise, quelques années plus tard, en emmenant leurs enfants au stade, et en les exposant à cette pratique… C’est en cela que la plainte contre X déposée par un supporter du TFC, que révèle ce mercredi l’AFP, pour menaces de mort et homophobes de la part des supporters marseillais, a quelque chose de crucial : elle pourrait faire jurisprudence, et ainsi finir par règlementer ce qu’il est autorisé, ou non, de dire dans une enceinte sportive.

Tout est en fait partie d’une vidéo ayant circulé sur Internet après le 32e de finale de Coupe de France du 8 janvier remporté (1-2 a.p) par l’OM à Toulouse. On y entend notamment des supporters marseillais clamer qu’" il faut les tuer, ces pédés de Toulousains". Elle a conduit le collectif Rouge Direct, fondé par les dirigeants historiques du Parid Foot Gay, à saisir le ministère de l’Intérieur, afin que celui-ci saisisse la justice. 

À la suite de quoi un supporter des Violets de longue date, dont on sait seulement qu’il est septuagénaire (il a tenu à rester anonyme), a déposé plainte contre X à la gendarmerie de Balma, dans la banlieue de Toulouse. "C’est une initiative raisonnable qui n’est pas inspirée par des motifs de vengeance, mais vise à dénoncer ce climat de violence dans les stades", a argué son avocat, Me Simon Cohen, au près de l'AFP. Concrètement, une enquête préliminaire a été ouverte, avant une décision sur d’éventuelles poursuites par le parquet. À tout ce petit monde de jouer maintenant.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter