Valence - OL (0-2) : autopsie d'un crash à dimension européenne

Valence - OL (0-2) : autopsie d'un crash à dimension européenne

Football
DirectLCI
ECHEC – Malgré un succès acquis avec les honneurs sur la pelouse de Valence (2-0) pour son dernier match européen de la saison, l'Olympique Lyonnais a complètement manqué ses retrouvailles avec la Ligue des champions. Et cette élimination précoce va forcément laisser des traces à tous les étages du club rhodanien.

Au soir même du tirage au sort de la phase de poules de Ligue des champions en août dernier, le soulagement d'avoir évité des grosses écuries européennes prédominait dans le camp lyonnais. N'est-ce pas Jean-Michel Aulas ? "Cela aurait pu être tellement pire que ça laisse une chance raisonnable de se qualifier pour les 8e de finale", commentait le président de l'OL qui gardait alors dans un coin dans sa tête la possibilité de disputer son huitième de finale dans "son" Grand Stade. La vérité est tout autre. Avec un seul succès accroché, avec la manière, il faut le reconnaître, face à Valence ce mercredi soir (2-0), et un nul ramené de la Gantoise, l'OL termine bon dernier de sa poule et le bilan global de sa campagne reste trop moyen. Les raisons de ce crash sont nombreuses et les conséquences désastreuses.

Des cadres qui plongent :
Le plus dur dans le football de haut niveau, c'est de confirmer et de durer. Cet axiome prend tout son sens dans le contexte rhodanien. Un an après avoir flambé sur les pelouses de Ligue 1, les joueurs formés à Lyon ont failli face à leurs adversaires européens. Lacazette fut incapable de faire la différence lors des rencontres fermées, le propre des grands joueurs, Gonalons a manqué de maîtrise, à l'image de son carton rouge reçu contre le Zenit, et Tolisso a affiché un niveau quelconque tout au long de la campagne continentale. Deux de ces trois joueurs sont venus taper à la porte de Jean-Michel Aulas l'été dernier afin de réclamer une revalorisation, ce qu'ils ont obtenu, mais le président de l'OL attendait certainement un tout autre rendement de ses hommes en contrepartie... Ils devaient mener Lyon vers ce huitième de finale tant désiré, il n'en a rien été.

Un Grand Stade privé de coupe d'Europe :
"En Ligue des champions, on doit passer le cap des huitièmes de finale, ou des seizièmes si on est reversés en Ligue Europa, pour pouvoir aller jouer une Coupe d’Europe dans notre Grand Stade", déclarait Jean-Michel Aulas en septembre dernier. C'est raté. Du moins pour cette saison. A un peu moins d'un mois de l'inauguration de sa nouvelle enceinte de 59 000 places, l'OL devra se résoudre à remplir son stade par le simple biais des rencontres nationales. La tâche n'est pas aisée. L'attractivité de la Coupe d'Europe, même la "petite" Ligue Europa, aurait permis au club rhodanien de s'assurer d'importants revenus billetterie afin de compenser, ne serait-ce que légèrement, les 405 millions d'euros déboursés pour la construction du Stade des Lumières. Aujourd'hui 5e de Ligue 1 à quatre points du podium, l'OL ne doit surtout pas passer à côté d'une qualification en C1, au risque de vivre une saison 2016/2017 périlleuse dans un stade clairsemé.

Un entraîneur plus que jamais fragilisé :
Si l'OL a pu regoûter au prestige de la Ligue des champions, il le doit autant à l'excellente dernière saison d'Alexandre Lacazette, qu'à Hubert Fournier qui a su tirer le meilleur de son jeune effectif composé de multiples joueurs formés au club. Malheureusement pour l'ancien entraîneur de Reims, le haut niveau européen l'a confronté à ses limites. Fournier a bien essayé de se dédouaner au soir du nul acquis face à la Gantoise en rejetant la faute sur Lacazette, incapable de transformer son penalty, mais les responsabilités sont bel et bien partagées entre le coach et les joueurs. Fournier avait-il les épaules suffisamment larges pour résister à la pression de cette compétition ? La question mérite d'être posée, et Jean-Michel Aulas envisage plus que jamais de se séparer de son entraîneur. Ce serait une première depuis 1996 et Guy Stephan. Si ce n'est pas la preuve que la situation sportive de l'OL est catastrophique...

A LIRE AUSSI >> Jean-Michel Aulas propose à Juninho d'intégrer l'organigramme de l'OL

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter