PSG - Van der Wiel : "On n'avait pas une très bonne relation avec Laurent Blanc"

PSG - Van der Wiel : "On n'avait pas une très bonne relation avec Laurent Blanc"
Football

TAQUET- Parti du PSG cet été, après quatre saisons dans la capitale, Grégory van der Wiel est revenu sur son aventure parisienne dans un entretien au Canal Football Club. Le Néerlandais ne gardera pas un souvenir impérissable de Laurent Blanc…

A l’arrivée d’Unai Emery, plusieurs joueurs (Thiago Motta , Lucas,…) avaient publiquement loué la méthode de l’entraîneur espagnol en soulignant les différences avec son prédécesseur, Laurent Blanc. Limogé par le PSG – avec 22 millions d’euros brut d’indemnités -, le Cévenol a été agacé par ces commentaires et aurait appelé à respecter une clause de "non dénigrement" signé avec la direction lors de son éviction selon Le Parisien. Mais cette modalité de son licenciement ne s’applique qu’aux joueurs actuels de l’effectif du Paris Saint-Germain et Grégory van der Wiel ne l’est plus.

Le latéral droit, qui évolue désormais à Fenerbahçe, s’est épanché sur la relation (ou plutôt l’absence de relation) avec Blanc au micro du Canal Football Club. "Pour être honnête, on n'avait pas une très bonne relation. On ne se parlait pas beaucoup. Je ne savais pas ce qu'il pensait vraiment de moi. Est-ce qu'il me trouvait bon ou pas ? Parfois, je jouais des gros matches ou trois matchs d'affilée puis je pouvais ne pas jouer pendant un mois. Donc ce n'était pas très clair pour moi. "

J'aurais pu rester à Paris - Grégory van der Wiel

Le décor est planté par le Néerlandais, qui n’a particulièrement pas apprécié la gestion du cas Serge Aurier après l’affaire du Periscope à son détriment. "Bien sûr, mon concurrent (Serge Aurier) est un très bon joueur mais après ce qu'il s'est passé l'année dernière et ce qu'il a fait, revenir 4 ou 5 jours (moins de deux moins en réalité, ndlr) après cet incident et jouer un quart de finale de Ligue des champions directement... Ce genre de choses, vous savez... Peut-être que tu peux en parler avec tes joueurs." 

Et l’ancien joueur de l’Ajax n’a pas non plus digérer le choix de Laurent Blanc de parfois lui préférer Marquinhos, défenseur central de métier. «"Quand Serge était absent, mettre Marquinhos à ma place...  C'est le genre de choses qui vous fait dire : "Ok, tu n'es pas assez bon, tu es le 3e choix." J'ai compris que Laurent Blanc ne me trouvait pas assez bon pour le PSG. Il est donc temps de quitter le club. Marquinhos n'est même pas arrière droit. Donc le mettre à mon poste, c'était un peu bizarre pour moi. Même Marquinhos ne voulait pas jouer à ce poste. "

Lire aussi

    Malgré ce ressentiment à l’endroit de Blanc et le sentiment de n’être "pas vraiment respecté", van der Wiel aurait pu prolonger l’aventure au PSG, entamée en 2012 et achevée cet été en fin de contrat. D’abord, si des discussions initiales avec un directeur sportif, dont il a oublié le nom..., avaient abouti : "Oui, j'aurais pu rester à Paris. J'ai parlé très longtemps avec..., (comment il s'appelle déjà ?), Olivier Létang, pour signer un nouveau contrat il y a déjà 6 ou 7 mois. Il m'a dit que le PSG voulait signer avec moi. Cela a pris beaucoup de temps et on n'a pas trouvé d'accord."  

    Puis avec une brève reprise des négociations sous l’impulsion de l’arrivée d’Unai Emery. "Au milieu de l'été, Olivier est revenu vers moi parce que le PSG avait un nouvel entraîneur. Il voulait donc parler avec moi mais, pour moi, ce n'était pas assez convaincant. Je ne ressentais aucune véritable envie de leur part pour me faire rester." Mais Grégory van der Wiel a fini son déballage sur une note positive en ayant une pensée pour Paris, une ville qui lui manque.

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent