VIDÉO - "Ce que les mouches sont pour des enfants espiègles..." : qui a compris le discours du "King" Eric Cantona ?

Football

BONS MOTS - Lauréat du Prix du président de l'UEFA, reçu jeudi à Monaco, en marge du tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des champions, Éric Cantona a surpris tout le monde en déclamant une longue tirade philosophique sous le regard médusé des footballeurs et de toute l'assistance. Un discours déjà culte dont le sens intrigue.

Il nous a habitués à ses envolées lyriques. C'est aussi ce qui a fait Éric Cantona. En 1995, lors de son procès en appel suite à son coup de pied donné à un supporter, qui lui avait valu deux semaines de prison ferme commuées en 120 heures de travaux d'intérêt général (TIG), le "King" avait justifié son geste avec un tirade philosophique. "Lorsque les mouettes suivent le chalutier, c'est parce qu'elles pensent que des sardines seront jetées à la mer", avait-il lâché aux journalistes avant de quitter le salle de presse.

Présent jeudi 29 août à Monaco, en marge du tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des champions, l'ancien attaquant vedette de Manchester United s'est fait remarquer avec un nouveau monologue qui a décontenancé l'assistance. Invité sur scène à recevoir le Prix du président de l'UEFA des mains d'Aleksander Ceferin pour "non seulement pour sa carrière de joueur de très haut calibre, mais aussi pour sa personnalité, lui qui a refusé les compromis et a défendu ses valeurs", "Canto" s'est lancé, en anglais dans le texte, dans une diatribe philosophique face au gratin du football européen.

Lire aussi

"Ce que les mouches sont pour des enfants espiègles, nous le sommes pour les Dieux : ils nous tuent pour leur plaisir", a-t-il déclamé en introduction, citant un passage du Roi Lear, la tragédie de William Shakespeare. "Bientôt, la science ne sera pas seulement capable de ralentir le vieillissement des cellules, elle va aussi les réparer et ainsi nous rendre éternels. Seuls les accidents, les crimes, les guerres vont nous tuer, mais malheureusement, les crimes et les guerres vont se multiplier. J'aime le football."

Mais qu'a donc voulu dire le "King" ? Filmés en gros plan, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo sont restés longtemps incrédules comme une bonne partie du public avant d'applaudir pour masquer le long moment de gêne. Sur Twitter, le petit jeu entre les internautes était de décrypter le sens de ce discours. Simple errance ou métaphore sur le foot actuel ? Seul Éric Cantona a le fin mot de l'histoire.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter