VIDÉO - France-Espagne : les Bleus battus 2-0 avec l’aide de l’arbitrage vidéo, vous en pensez quoi ?

VIDÉO - France-Espagne : les Bleus battus 2-0 avec l’aide de l’arbitrage vidéo, vous en pensez quoi ?
Football

POUR OU CONTRE ? - Pour la première fois les Bleus étaient confrontés mardi soir à l'arbitrage vidéo lors de leur match contre l'Espagne. Une expérience qui ne leur a pas vraiment réussi (défaite 0-2). Malgré ce résultat négatif pour Didier Deschamps et ses joueurs, selon notre consultation lancée au coup de sifflet final, vous êtes 75% à vous dire favorables à cette méthode d'arbitrage.

Mardi, l'équipe de France de football était pour la première fois confrontée à l'arbitrage vidéo face à l'Espagne. Ce qui n'a pas vraiment été une réussite pour les hommes de Didier Deschamps. La première déception est venue à la 47e minute, quand Antoine Griezmann trouvait le chemin des filets. Mais après vérification des images, Kurzawa, décisif sur l'action, était hors-jeu. Résultat, but refusé.

Une seconde déception est intervenue à la 77e minute. L'Espagnol Gerard Deulofeu marquait contre les Bleus mais son but était dans un premier temps signalé hors-jeu. L'arbitrage vidéo le validera finalement. Au coup de sifflet final, la France s'est donc inclinée 2 à 0.

Vous êtes 75% à être pour l'arbitrage vidéo

Nous vous avons alors posé la question pour savoir si vous étiez pour ou contre cette méthode d'arbitrage. Sur les 104 personnes qui ont acceptées de répondre en fin de soirée (1h du matin), 75% se disaient favorables, estimant que "c'est une innovation technologique qui améliore le jeu". En revanche 26% y étaient opposés, car "cela dénature l'esprit du foot".

Si vous ne l'avez pas encore fait, vous pouvez toujours répondre à notre consultation dans notre article qui revient également sur l'ensemble de la rencontre. 

Lire aussi

Interrogé sur le sujet, Didier Deschamps a d'abord préféré botter en touche. "Je vois pas trop, l'écran est trouble", assura-t-il avant de reconnaître que "si c'est vérifié et juste, pourquoi pas". 

"C'est en notre défaveur aujourd'hui, admit ensuite le selectionneur de l'équipe de France, mais bon si on doit passer par là, ça sera valable pour tout le monde". "C'est comme ça, c'est l'évolution du football, il faudra s'adapter", conclut-il.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent