VIDEO - La sale soirée du Bayern à Dortmund

Football

FOOTBALL - Le Borussia Dortmund n'a fait qu'une bouchée, mercredi soir, d'un Bayern de Munich dépassé (2-0) et remporte de nouveau la Super Coupe d'Allemagne.

Sur le bord du terrain, Pep Guardiola avait la mine sombre du coach contrarié. Le Catalan du Bayern pouvait faire grise mine, vu les errements défensifs de ses hommes, tout le match durant, face à un Borussia Dortmund qui empochait hier soir, devant son public, une deuxième Super Coupe d'Allemagne consécutive. Un scenario semblable à l'an passé, témoin des retards à l'allumage du club bavarois, mais qui ébranle les certitudes d'avant-saison.

Défense larguée

Sans les poings d'acier de Neuer, le score aurait pu être plus lourd, tant le Borussia s'est baladé, à sa guise, dans les espaces verts de la moitié de terrain bavaroise. Certes, le Bayern, champion en titre, comptait de nombreux absents de luxe (Ribéry, Robben, Schweinsteiger...). Mais les locaux aussi (Reus, Gundogan, Blaczykowski...). Au retour d'une tournée publicitaire estivale en Amérique du Nord, le Bayern semblait ainsi sans repères. Comme le milieu axial, incapable de stopper la chevauchée de Mkhitaryan, auteur du premier but (23e). Ou encore lorsque Aubameyang, d'une tête aérienne, doublait la mise (62e) avant de sortir de sa chaussette sa cagoule de Spiderman pour exulter à sa façon.

Blessure choc

Les soucis de Pep Guardiola ne s'arrêtent ni au trophée échappé, ni à la prestation de ses protégés : il a aussi perdu - pour une durée encore indéterminée - un joueur essentiel de son dispositif, l'Espagnol Javi Martinez, sorti sur blessure à la demi-heure de jeu. Touché au genou gauche lors d'une reprise en extension, il pourrait souffrir des ligaments croisés. De quoi craindre une longue indisponibilité. Il reste encore une semaine au Bayern pour se refaire avant le début du Championnat (le vendredi 22 août contre Wolfsburg). De quoi réincorporer les cadres, repatouiller la tactique face à Munster, dimanche en Coupe, et, peut-être, tenter une dernière pioche sur le marché des transferts...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter