VIDEO - Le 16 août, le coup de tête de Brandao sur Thiago Motta

VIDEO - Le 16 août, le coup de tête de Brandao sur Thiago Motta

Football
DirectLCI
LIGUE 1 - L'attaquant brésilien de Bastia a attendu le joueur du PSG à la fin de leur match samedi soir pour lui asséner un violent coup de tête sur le nez. Une image saisie par les caméras de surveillance du Parc des Princes. Brandao risque une sanction sévère pour cette agression.

Une caméra fixe, disposée dans les vestiaires du Parc des Princes, a saisi toute la scène à l'issue du match PSG-Bastia de samedi soir : Brandao, l'attaquant brésilien du club corse attend, planté au milieu du couloir, que l'Italien du PSG Thiago Motta passe à proximité... D'une brusque ruade, il lui assène alors un violent coup de tête dans le nez, avant de tourner les talons pour s'échapper dans les coursives à toutes jambes.

Un nez cassé
Cette agression spectaculaire, qui fait passer au second plan le résultat du match (2-0 pour Paris), devrait coûter cher à Brandao (34 ans), un joueur déjà connu pour ses frasques et ses coups bas. Selon les premiers compte-rendus, sa victime parisienne aurait le nez cassé. D'autres images montrent d'ailleurs l'Italien, le nez en sang, se lancer aux trousses du bélier brésilien, avant d'être retenu par des membres du staff et son coéquipier Edinson Cavani.

Sanction à vie ?
Aucun des protagonistes, exfiltrés en douceur du Parc des Princes, n'a encore livré sa version des faits. Mais Nasser al-Khelaifi, le président qatari du PSG, n'a pas mis longtemps a prendre la parole devant les caméras de télévision. "Je n'étais pas là mais j'ai revu les images de la télévision. Brandao attend Thiago pour le frapper. Le docteur m'a dit qu'il y avait 90% de chance qu'il ait le nez cassé. On en oublie presque la victoire. C'est très grave pour le foot français. Il faut que les arbitres et la Ligue prennent des décisions fortes". Plus tard, c'est une "suspension à vie" que demandera le président parisien.

Brandao tendu tout le match
Selon l'équipe de la capitale, le quatrième arbitre, qui aurait été témoin direct de la scène, devrait faire un rapport sur l'incident. Si les images laissent peu de place au doute, il faudra vraisemblablement remonter aux faits de match pour percer un peu plus les raisons de cet accès de violence. Une rencontre où le numéro 26 bastiais s'était montré nerveux de bout en bout, à défaut d'être efficace devant le but. Déjà, avant la mi-temps, il avait mis Van der Wiel hors d'état de nuire au moyen d'un coup de genou vicieux...

Bataille sur Twitter
De quoi donner du grain à moudre aux détracteurs de l'attaquant brésilien, lesquels refont le match sur les réseaux sociaux. Brandao, un "bourrin violent", voire "un voyou" selon le célèbre chroniqueur sportif Pierre Ménès. D'autres rappellent, en retour, la réputation de provocateur de la victime. Le milieu de terrain bastiais Julien Palmieri défendait ainsi son coéquipier en indiquant que Thiago Motta "avait passé le match à dire 'fils de p...' à tous les joueurs devant l'arbitre". Huit ans après l'iconique "coup de boule" de Zidane sur Materazzi, en finale de Coupe du monde, la Ligue 1 offre donc un triste remake, dont les prochains épisodes pourraient quitter les couloirs du stade pour ceux des tribunaux.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter