VIDEO - Le gardien et héros de la Côte d'Ivoire fond en larmes

VIDEO - Le gardien et héros de la Côte d'Ivoire fond en larmes

DirectLCI
FOOTBALL - Héros inattendu de la finale de la Coupe d'Afrique des nations dimanche (0-0, 9-8 t.a.b.), Copa Barry n'a pu retenir son émotion après la rencontre. Très touché, le gardien remplaçant assure qu'il a appris des critiques.

On attendait plutôt les frères Ayew, Gyan, Bony ou Yaya Touré pour illuminer cette finale. Finalement, le héros s'appelle Boubacar Barry Copa. A 35 ans, le gardien de la Côte d'Ivoire a été le héros inespéré de la Coupe d'Afrique des nations, remportée par les Ivoiriens face au Ghana aux tirs aux buts (9-8) . Auteur de deux arrêts malgré les crampes qui le saisissaient, il a surtout marqué son penalty et offert le trophée aux Éléphants, 23 ans après leur dernier sacre.

Une success story d'autant plus inattendue que le portier disputait là son premier match du tournoi, lui qui n'était que le suppléant de Gbohouo, blessé à l'entraînement la veille. Barry, l'un des sages du groupe avec ses presque 90 sélections, a davantage connu les années sans succès et fut la cible des critiques, alors qu'il est loin d'être le meilleur gardien du continent africain et empêchait une équipe remplie de talents de remporter un titre, estimaient les observateurs.

Alors à la fin du match, après une course folle vers les tribunes puis ses coéquipiers pour célébrer la victoire, Barry a tout lâché. Interrogé par Canal +, il s'est lancé dans un long monologue, comme pour résumer sa carrière. ''Dieu ne fait pas les choses par hasard, commence-t-il. J'ai été critiqué. Mais bon, je suis quelqu'un qui veut progresser C'est vrai que je ne suis pas grand par le talent, pas grand par la taille, mais j'ai envie d'apprendre. Les critiques font toujours progresser. Je m'en suis servi, j'ai travaillé pour l'équipe, pour le groupe.''

En larmes, celui qui évolue à Lokeren, en Belgique, a poursuivi : Dieu est juste et j'ai une pensée pour ma maman, je sais qu'elle souffrait parce que je ne jouais pas. J'ai une pensée pour ma mère parce que je sais que ma mère m'aime. Merci à tous les Ivoiriens, merci à tout le monde, merci.'' Aujourd'hui, c'est plutôt lui que tout un pays remercie.

EN SAVOIR +>> Toute l'actualité de la CAN 2015

Dans le genre chaudes larmes, il y a aussi eu André Ayew. Le milieu de terrain du Ghana et de l'Olympique de Marseille n'a pas pu contenir son émotion alors que les Black Stars sont passés si près de la victoire. Ayew a trouvé un peu de réconfort dans les bras d' Hervé Renard, le sélectionneur de la Côte d'Ivoire .

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter