VIDEO - Les 10 plus grands moments de David Trezeguet, officiellement retraité

Football

FOOTBALL - Après la retraite de Thierry Henry, une nouvelle page de l'histoire du football français se tourne avec celle de David Trezeguet, officialisée par le joueur lui-même ce lundi. L'occasion de revenir, en dix vidéos, sur les temps forts de sa riche carrière.

Belle et tragique, comme le tango. La carrière du Franco-Argentin David Trezeguet aurait sans doute pu être un poil mieux réussie. La Ligue des champions 2003 lui avait filé sous le nez après une finale perdue contre l'AC Milan au tirs au but. Celui qu'il avait tiré contre l'Italie en finale du Mondial 2006 avait été tellement appliqué qu'il avait heurté l'arrête de Gianluigi Buffon. Mais, entre un titre de champion du monde, un autre de champion d'Europe et celui de meilleur buteur étranger de l'histoire de la Juventus, le buteur aura quand même pas mal de choses à raconter à ses petits-enfants lors des longues soirées d'hiver au coin du feu. Alors qu'il annonce lui-même sa retraite ce lundi dans L'Équipe , retour en dix vidéos, de Monaco à l'Inde, sur ses plus grands moments de grâce.

18 mars 1998 : sa minasse avec Monaco qui élimine Manchester United en quarts de finale de la Ligue des champions. La planète foot tout entière sait désormais qui il est. Il a alors 20 ans.

15 janvier 2000 : peut-être bien le plus beau de tous, ou du moins le plus impossible à mettre, inscrit en Ligue 1 face au Stade rennais.

2 juillet 2000 : sa reprise de volée en pivot mythique en prolongation de la finale de l'Euro 2000 contre l'Italie. Le but en or n'a jamais aussi bien porté son nom.

2000-10 : Trezegol à la Juventus, c'est 171 buts en 320 matches officiels, un total qui fait de lui le meilleur buteur étranger de l'histoire du club. Impossible d'en choisir un, alors en voici dix.

8 novembre 2007 : après une prestation catastrophique face à l'Écosse (0-1), David Trezeguet sent bien qu'il a laissé passer sa dernière chance en Bleu. Alors, dans un reportage de Canal+, il administre une leçon de tactique des plus basiques au sélectionneur, Raymond Domenech.

12 décembre 2010 : début de sa fin de carrière, en Espagne, avec Hercules Alicante. Outre une tête décroisée fameuse contre le Real Madrid, on retiendra cette subtile talonnade face à Malaga.

31 mars 2012 : après un crochet éphémère par les Émirats, David rentre à la maison, où River Plate, géant qui vient d'être relégué en deuxième division, l'accueille à bras ouverts. Il ne le regrettera pas : en six mois, l'enfant du pays plantera 13 buts en 19 apparitions, dont ce chef-d'œuvre.

23 août 2013 : devenu remplaçant à River, Trezeguet reste en Argentine mais migre à Newell's Old Boys. Dès son deuxième match, il trouve cette lucarne au bout d'une action somptueuse.

6 janvier 2014 : quatre ans après son départ de la Juventus, David Trezeguet revient à Turin pour saluer les tifosi qui l'ont idolâtré pendant dix ans. Très ému, l'attaquant français a été dignement fêté par les supporters, qui déploient une banderole : "Tu nous as offert tant d'orgasmes !"

31 octobre 2014 : et un dernier pour la route, lors de sa récente pige en Inde sous les couleurs de Pune City, avec, au bout, cette même joie intensément enfantine. La boucle est bouclée.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter