VIDEO - Les buts de la qualification de Rennes face à Angers

VIDEO - Les buts de la qualification de Rennes face à Angers

DirectLCI
FOOTBALL - Rennes a fait le métier, mardi soir, pour battre Angers (3-2) en demi-finale de Coupe de France et retrouver le Stade de France, un an après sa défaite en finale de la Coupe de la Ligue. Englués dans les bas fonds du Championnat, les Bretons peuvent toujours sauver leur saison.

Ils vont pouvoir demander leur carte d'habitué. Pour la troisième fois en cinq ans, le Stade Rennais sera au Stade de France, en mai prochain, en finale de la Coupe de France cette fois. Vainqueurs mardi d'Angers en demi-finale de la compétition (3-2), les Bretons ont assuré l'essentiel malgré un match compliqué et auront l'occasion, 43 ans après, d'ajouter une ligne à leur palmarès. Largement de quoi embellir une saison bien terne puisque les hommes de Philippe Montanier, 14es de Ligue 1, ne sont pas encore assurés du maintien.

Costil : ''Beaucoup de clubs aimeraient être à notre place''

Le match fut à l'image de l'année que traversent les rouge et noir : compliqué. Car Angers, pensionnaire de Ligue 2, a ouvert le score par Yattara, d'une superbe frappe à l'entrée de la surface (2e). Un but qui a eu le mérite de réveiller les Rennais, qui ont rapidement égalisé par leur Suédois Ola Toivonen, à bout portant (1-1, 15e), avant de prendre l'avantage à la demi-heure de jeu sur un petit numéro de Grosicki (2-1, 36e). Puis, alors qu'Angers avait frappé la barre, Makoun a tué le suspense dès la reprise (3-1, 48e). Le penalty de Yattara dans les derniers instants n'y change rien (3-2, 89e), c'est bien le Stade Rennais qui va, un an après sa défaite en finale de la Coupe de la Ligue face à Saint-Etienne, retrouver le Stade de France.

Cette fois, pour ne pas perdre, espèrent les joueurs. ''Oui, on ne gagne pas, mais je crois que beaucoup de clubs aimeraient être à notre place, dédramatise Benoit Costil, le gardien rennais. Je suis persuadé qu'un jour, le Stade Rennais aura un trophée. Après, je ne peux pas vous dire si ce sera cette année, dans deux, dix ou trente ans…'' Espérons pour lui que cela ne traîne pas trop.

Plus d'articles

Sur le même sujet